Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 17:44

 

Sortie : juin 2011

Label : Tympanik Audio

Genre : Remixes, IDM, Ambient, Field Recordings

Note : 7,5/10

 

Dirk Geiger... Son Autumn Fields semble presque loin tant l'homme ne s'arrête jamais. Membre du duo Kraftmaschine, et fondateur de Raumklang Music, cette tête chercheuse originaire du sud de l'Allemagne a fait de son label une référence en matière d'IDM et de dark electronics, en produisant les travaux d'individus tels que Klangstabil, Tapage, Hotaru Bay ou arMuta. Création intense et sensible, Autumn Fields (chroniqué ici), sorti l'année dernière sur l'incontournable Tympanik, avait marqué les esprits. L'écurie de Chicago sort cette fois-ci Second Life, version revisitée par le fleuron de la maison, Subheim, Anklebiter, Candle Nine, Tapage, SE, quelques passionnants personnages tels que Pleq ou Ahnst Anders et d'autres noms plus confidentiels. Dirk sait s'entourer et le résultat ne se fait pas attendre.

 

Les albums de remixes d'Anklebiter et d'Architect ayant récemment été décortiqués (ici et ici), il faut avouer que le concept n'est pas, de par chez nous, l'ultime tasse de thé. Question de cohérence ou principe même du remix, c'est au choix. Il n'empêche que ces disques doivent être envisagés pour ce qu'ils sont, des collections de titres qui peuvent aussi bien décevoir que caresser l'excellence. L'avantage avec ceux qui se sont attachés à repenser la musique de Dirk Geiger, c'est qu'ils en développent l'aspect pondéré et rampant. Une sphère downtempo donc, autour de laquelle tous évoluent et poussent vers des horizons plus noirs, plus terribles ou plus lyriques. Almaach et SE, qui ouvrent Second Life, plongent vers l'ambient. Dark pour le premier, avec un Night In Haskovo abandonnant toute mélodie au profit de lueur diffuses, tandis que Sebastien Ehmke déploie de lointains choeurs et use de la gracilité des cordes pour un très beau Minus10. Les cinq qui s'ensuivent alors rendent une copie admirable. Tapage fait oeuvre de son habituel talent à froisser et à liquéfier le beat. Midimode, poulains du sieur Geiger, allient des plafonds délicats et carillonnants à des rythmiques en cisaille non dénuées d'un certain groove – fait rare dans ce genre de sons. Mais c'est surtout le trio de titres livrés par Anklebiter, Subheim et Candle Nine qui fait figure d'indispensable. Les basses lourdes, les arpèges crénelés et la progression d'une intensité confondante du Winter Senses par Tanner Volz commencent par réduire sévèrement notre souffle. Puis Subheim offre un bijou épique, cavalcade martiale et concrète, hantée et.. sublime. Noise Format perd sa parure noisy pour un parfum d'aventures spectrales. Quant au Halogen Light mix de Night In Haskovo, il atteste du sens du romantisme noirâtre et du découpage rythmique que l'on connait à Candle Nine. Une beauté. La faille de Second Life se trouve dans sa deuxième moitié, un brin moins passionnante, et dans l'accumulation de remixes d'un même titre, Autumn Life. Et encore que les relectures d'Archos, de Pleq et d'Ahnst Anders apportent leur quotient de visions pertinentes. L'association de kicks binaires et d'envolées lyrique sur le Overhead Projection d'Autoclav1.1 moins, et encore que.

 

Dire que ce lot de remixes apporte une seconde jeunesse aux titres qui constituaient Autumn Fields serait un chouia élémentaire. Il contient néanmoins de vraies perles, qui à elles seules méritent le détour par pour se procurer cette sortie digitale et gratuite. Les fans du genre ne devraient pas avoir à y perdre.

 

dirk geiger second life cover-web2

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Rabbit 13/08/2011 23:36


Anklebiter surtout, même. Et puis personnellement je suis fan de cette suite de remixes emboîtés à la fin, certes plus ambient mais ça restera pour moi l'apothéose du disque.


shift. 12/08/2011 19:09


Pour moi les remix d'Archos, de Candle Nine et de Subheim sont les plus beaux. Surtout celui de Subheim en fait. Super cold wave truc bidule chantée.
ET je trouve que tu ne dis pas assez que cette compile est gratuite.
CETTE COMPILE EST GRATUITE.
T'as changé depuis que t'as vu Brooklyn.


Chroniques électroniques 12/08/2011 20:10



Mais je l'ai dit. Une fois certes. Gratuite, VOUS M'ENTENDEZ, GRAS Truite. (Subheim, Candle Nine, clair. Mais Anklebiter un peu aussi).