Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 08:55

Sortie : décembre 2010

Label : Now Again

Genre : Electronica large

Note : 6

 

Après le Prismic Tops de mai dernier (chroniqué ici) et un podcast pour Stones Throw (téléchargeable ici), le producteur suisse nous revient avec quatre titres dans une veine toujours assez expérimentale.

 

Même sur un maxi, Dimlite n'est pas facile à saisir, encore moins à cataloguer. Et ceci en devient presque un style. Il y a de l'électronica dans ses titres, des rêveries ambient, des blips, du mystère, voire une espèce de touche rock dans les notes de guitare de Kitty Cradle Fog ou la batterie de Loins. Il arriverait à nous perdre. Son esprit divague et qui croit pouvoir le suivre trouvera plus agréable de lâcher prise.

Tout avait pourtant bien commencé sur les doux claviers de Gone-O-Tron. Ces flûtes envoûtantes, cet esprit estival des débuts de soirée au bord de la Méditerranée. Une véritable sérénade de façade pour nous faire baisser la garde. Est-ce une voix dans le fond ? Ne cédant pas à la facilité, le Suisse procède par touche. Les couleurs voltigent sur Metal Snake Rider. Le tabeau s'anime sur une basse entraînante. Quel est ce cri ? L'entreprise de perte de contrôle de l'auditeur débute.

Rien ne sert donc de suivre, il faut se laisser porter. La mélodie lancinante de Loins vous prend le bras. Tiens, des choeurs ? Vous croyez trouver vos repères, illusion. La batterie elle-même ne sait où elle va. Le son a pris une vieille route de campagne et les cordes d'un Kitty Cradle Fog brinquebalant arrivent pourtant à retomber sur leurs pieds.

 

Les cordes n'ont pas de pieds. Les choeurs reviennent. J'aime être perdu.

 

http://nowagainrecords.com/up/DimliteMHWASRegular.jpg

 

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires