Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 23:07

Sortie : aux environs de fin janvier 2011

Label : autoproduit

Genre : Rap instrumental

Note : 6

 

Après un premier album - au bout de 15 ans de production - qui m'avait enthousiasmé en septembre dernier (Machines Hate Me, chroniqué ici) sur le label Alpha Pup, Dibiase sort en toute indépendance (un petit mail, 10 $ et il vous envoie le disque) une sorte de compilation des meilleurs instrus qu'il a sous le coude. Sound Palace est donc une beat tape distribuée directement du producteur au consommateur et qui vaut bien mieux que pas mal de produits diffusés par les canaux officiels.

 

Si son album était fortement marqué par sa fréquentation de la bande Flying Lotus, il revient ici à des choses moins électroniques avec des titres où samples et boîtes à rythme mènent la danse. Pas de fioriture, c'est carré et ça dure entre 1'30 et 3'30. Au revoir les sons 8-bit et bienvenue les échantillons bien organiques avec le grain qui va avec. Toutefois, Dibiase ne nous refourgue pas des morceaux mal branlés et vite enregistrés. Le travail à la production est soigné, même s'il y a un côté à l'arrache volontaire (comme la pochette). Sur DB Grover, il s'amuse avec le saxophone, le découpe, le coule dans la reverb, joue avec pour charmer l'auditeur. Plus loin, avec Cosignin, c'est en maniant des boucles de guitare et de violons qu'il élabore un extrait plus riche. Il se fait plus déconstruit sur Woman dans lequel la voix de Chaka Khan sur I'm Every Woman est un point de départ pour une grande foire du beat qui se perd en route à force de contre-pied.

Je ne vais pas non plus m'enflammer totalement car ces instrumentaux sont de bonnes factures mais ne sont pas révolutionnaires non plus. Ils défilent agréablement et l'Américain nous montre qu'il a le sens du bon sample. Pas mal de pistes comme Stars Out, Fly Me 2 The Moon ou le nerveux Rockout fonctionnent donc bien, d'autres sont un peu moins accrocheuses et tant pis. Sun City et Genie In The Sky sont ainsi un peu trop simples et défilent en roue libre.

 

Une bonne petite beat tape pour chiller au coin du bloc donc, en attendant que Dibiase se relance dans des productions plus audacieuses comme on le sait capable depuis Machines Hate Me.

 

http://i88.photobucket.com/albums/k177/bayan_k4/82112_320x-300x285.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires