Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 13:48

Sortie : 18 juin 2012

Label : Delsin

Genre : Techno, électro

Note : 7,5/10

 

Niels Luinenburg officie derrière les platines depuis une poignée d’années. Plus connu sous l'avatar de Delta Funktionen, le hollandais fait partie de ces DJ misant sur une techno sourde et mentale lors de leurs sets. Récemment, il a sorti Inertia, mix terrifiant, vortex annihilateur. Mais ce qui fait la marque de Delta Funktionen, c’est son entêtement à puiser dans l’esthétique sonore des 90’s, chipant autant dans la techno de Detroit que la house de Chicago. Après une pluie de maxis, logique de retrouver notre bonhomme derrière un album, un vrai.

Traces risque d’en rebuter plus d’un étant donné le parti pris résolument old-school de l’entreprise. Les plus jeunes d’entre vous risquent fort de trouver cet album complètement anachronique, si ce n’est daté, et d’ailleurs, il sera difficile de les contredire. Niels Lunienburg n’en a rien à foutre des codes en vigueur du milieu techno, il préfère les contourner, les pervertir, les malaxer, pour mieux les ignorer. Le résultat est autant atypique que fascinant.

On pense souvent à la tentative de Kraftwerk de rendre les émotions robotiques tangibles, à l’électro 80’s synthétique de Drexciya à Afrika Bambaataa et à la techno de Detroit,période UR. Alors non, ce n’était pas mieux avant (ceux qui disent cela sont des vieux cons de conservateurs) mais force est de reconnaître que le mixage de Traces rend honneur à ce temps perdu. La qualité sonore de l’album est sa principale force. L’absence de compression permet de distinguer le moindre claquement, le moindre beat. L'album vit littéralement entre vos oreilles.

Moins techno qu’on aurait pu le croire/vouloir, Traces développe principalement des motifs électro synthétiques à l’image d’Enter, reposant sur la modulation infinie d’un son acide (la mythique 303 est omniprésente) pour aboutir à l’abandon physique et mentale. Et là où aurait pu poindre rapidement une certaine lassitude, l’effet inverse se produit, aboutissant à une transe antique. Le fait de se reposer principalement sur des motifs simples et des variations acides transforment l’album en objet incontrôlable. On l’observe se mouvoir seul dans l’espace, totalement ahuri par cette absence de compromis comme le démontre les 10 minutes libératrices d’On A Distant Journey.

A côté de cela, le bougre de Niels réussit tout de même à sortir 3 titres techno consécutifs malins et rugueux. L’enchaînement de Redemption, Target et And If You Know permet de se retrouver pendant 20 minutes en pleine trip temporel. Cette fois-ci, l’ossature est actuelle et convoque les démons de la techno sourde et suffocante avant de brillamment mélanger les genres en introduisant les sempiternelles élucubrations acides.

Avec Traces, Delta Funktionen envoie chier la totalité de la scène techno, démontrant qu’un pont est possible entre les 90’s et 2012. Le pari était risqué, il le demeure. L’album risque fort d’en dérouter plus d’un mais le voyage temporel audacieux mérite largement le détour.

 

http://minimalistica.org/wp-content/uploads/2012/06/Delta-Funktionen-%E2%80%93-Traces.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

shadowbox 04/07/2012 19:35

“Et là où aurait pu poindre rapidement une certaine lassitude, l’effet inverse se produit, aboutissant à une transe antique. Le fait de se reposer principalement sur des motifs simples et des
variations acides transforment l’album en objet incontrôlable. On l’observe se mouvoir seul dans l’espace, totalement ahuri par cette absence de compromis comme le démontre les 10 minutes
libératrices d’On A Distant Journey.“

Tellement bien dit! On A Distant Journey est d'une jouissance absolue, quelle track!
superbe album

axel 28/06/2012 12:49

Merci pour cette jolie découverte :)

J'espere que vous allez faire une chronique de l'album de Christian Loffler qui est vraiment une petite perle !

Benk2000 28/06/2012 11:34

Ah ben c'est bon ça !!! et puis si il faut envoyer chier la scène techno pour (re)faire du bon son, vas y mon gars envoie les tous chier !!! Du très bon son qui permettra a certain de réaliser que
l'Electro , c'est pas boy's noise ... Drexciya, on t'oublie pas :)

Not-Zuul 27/06/2012 21:07

Pour une fois que je kiffe pas mal un morceau purement techno, il fallait que ce soit old school alors... Arf, ça reste une bonne surprise et vu que j'aime beaucoup Redemption, je vais quand même
creuser pour le reste de l'album du coup. Merci de l'avoir soutenu ! :)

samvox 27/06/2012 16:26

Pour la tb 303, cest ici :http://www.youtube.com/watch?v=ZV68yA0dPwA&feature=related

Sinon pour la 303 c'est aussi là ;)
:http://www.google.fr/imgres?q=303+peugeot&um=1&hl=fr&sa=N&biw=1680&bih=858&tbm=isch&tbnid=0fd4BJ1fG5UuOM:&imgrefurl=http://www.forum-peugeot.com/Forum/forum-peugeot/Peugeot-308/Divers-4/genealogique-rouge-arbre-sujet_640_1.htm&docid=ArcBC3ayHEloRM&imgurl=http://www.forum-peugeot.com/Forum/mesimages/22635/303.jpg1..jpg&w=640&h=474&ei=SRfrT-XCO8rj8QPbwfTRBQ&zoom=1&iact=rc&dur=548&sig=108693690154204002641&page=1&tbnh=152&tbnw=191&start=0&ndsp=28&ved=1t:429,r:1,s:0,i:75&tx=62&ty=51