Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 17:55

Sortie : 28 septembre 2010

Label : 4AD / Beggars

Genre : Pop, indie-rock

Note : 8,5/10

 

Bradford Cox, leader de Deerhunter, joue avec la mort. Il sait qu’il ne pourra lutter indéfiniment contre le syndrome de Marfan. Halcyon Digest est un album fantomatique où Bradford Cox devient son propre spectre. Jusque dans les arrangements vocaux, tout est structuré pour maintenir le mystère. Les voix se doublent, se superposent, pour finalement devenir impalpable et laisser une fine traînée de poussière. Et pourtant, jamais la musique de Deerhunter n’a été aussi docile, comme pour mieux cacher la complexité de l’ensemble. Même si l'on tient l’album le plus pop du groupe, on est figé par tout cet emballage psyché-shoegaze convoquant explicitement les démons du Velvet Underground.

Apparaître comme un spectre conduit forcément à égarer l’auditeur dans un labyrinthe sonore. Les arrangements électroniques d’Earthquake, tout en sonorités inversées, en aspirations contrôlées, enferment l’auditeur dans un calme de façade. Peu à peu la complexité prend le pas, le morceau évolue et laisse place à des strates s’emboitant progressivement pour aboutir à un sidérant puzzle acoustique.

Le vibrant spleen de Sailing se dispute à la mélancolie d’Helicopter, laissant Bradford seul face à nous, dans un tourbillon crépusculaire. Sans tomber dans l’album sombre et dépressif, Halcyon Digest est un brouillard insondable où il fait bon errer sans but. Parfois, le classicisme pop l’emporte comme sur le sautillant Memory Boy et l’imparable Desire Lines, mais les guitares ne peuvent s’empêcher de s’étaler dans le temps, histoire de mieux nous faire vaciller.

Jusqu’à maintenant, Deerhunter avait du mal à réellement tenir ses albums. Même si Cryptograms et Microcastle demeurent de grands disques, on avait parfois l’impression d’écouter un groupe encore indomptable. En se recentrant sur une approche pastorale de la musique et sur une production épurée, Deerhunter signe avec Halcyon Digest son album le plus vibrant, le plus personnel et sans doute le plus réussi.

 

http://newsnetz-blog.ch/kulturstattbern/files/2010/09/Deerhunter_HalcyonDigest-300x300.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

laurent 03/11/2010 17:54


ce disque est génial, un des tous meilleurs de l'année, il est varié, accessible et en même temps original, le morceau helicopter est vraiment à tomber, un de leurs anciens collègues de label
(kranky) Benoît Pioulard vient aussi de sortir un super disque.


daYmo 26/10/2010 10:18


Alors après récoute : au début dans la rythmique il y en a en effet pas mal !
Et dès la moitié du morceau il repasse les samples de la rythmique à l'endroit et il n'y a plus de son reverse hormis un (claquement dans la rythmique qu'il repasse ensuite à l'endroit).


Chroniques électroniques 26/10/2010 14:00



On est d'accord. Les reverses sont dans la première moitié uniquement.


T'es pointilleux hein !



daYmo 26/10/2010 10:13


Oui sans doute ! Mais tu me fais écouter pas mal de trucs et donc ... parfois j'y perds mon espagnol.

Oui il me semblait bien que tu parlais du reversing... mais justement je n'en entends pas des masses sur earthquake ou alors chui à la masse ce qui est possible ;-)
Je crois voir ou tu veux dire mais ce n'est pas du reverse mais un son spécial il me semble en reverse çà donnerait autre chose.


daYmo 26/10/2010 09:33


Belle découverte. Les sons sont très bien travaillés et on se laisse emporté dans son univers.
Merci B2B... ainsi que pour la découverte du mot shoegaze et donc la possibilité à présent de mettre un nom sur ce courant musical.
Cependant je ne comprends pas ce que tu décris comme "sonorités inversées" sur le morceau Earthquake...
ciao


Chroniques électroniques 26/10/2010 10:08



Je t'ai surement déjà parlé de Deerhunter, je t'ai même surement déjà fait écouter le groupe. Ca fait quelques années que je suis ce que fait Bradford Cox (notamment son autre projet, Atlas
Sound).


Pour les "sonorités inversées", c'est par rapport à l'effet reverse qu'on trouve sur pas mal de petits sons du morceau Earthquake.