Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 22:14

Sortie : 6 avril 2010

Label : TheAgriculture

 

Il y a plus d’une vingtaine d’années, fourré dans les poches des expat’ jamaïcains, le dub a traversé l’atlantique et gagné le Vieux Continent. Happé par Mark Ernestus et Moritz Von Oswald en Allemagne, dans les années 1990, il renaît sous forme d’une fusion synthétique avec la techno berlinoise : la dub-techno, instituée par les deux de Basic Channel.

1998, à Kitchener, Ontario, Scott Monteith alias Deadbeat s’essaye à la musique électronique. Sept albums – dont le très bon Roots & Wire en 2008 – et un exil à Berlin plus tard, il est, avec Quantec, Pole ou Fluxion, l’un des plus dignes représentants de cette soudure entre électronique, dub et ambient. Il apporte aujourd’hui une pierre de plus à l’édifice avec ce mix, Radio Rothko, une fresque allant de Rhythm & Sound à 2562, en passant par Deepchord, Monolake ou Intrusion.

Deadbeat nous plonge alors dans ce qu’on devine être les sous-sols gris de Berlin. Dans la poussière des infrabasses, les sons pulsent et prennent des résonnances mouvantes. Les mélodies baignent dans des nuages de filtres, et la rondeur des kicks procure des sensations enfumées. La progression du mix évoque elle-même une longue descente en apnée. Les premiers morceaux sont des plus calmes. No. 3 (Debit), de Deadbeat, déploie une douce robe de cendre sur des kicks encore infimes. Pendle Coven durcit légèrement le ton, imposant un souffle plus haletant. A ce niveau là, le tourbillonnement des échos vous a déjà anesthésié l’esprit, on voit des ombres partout, mieux vaut encore fermer les yeux.

Mais lorsque Quantec prend la main, ca y est, on touche au but, là tout en bas, où les baffles mugissent et où la danse est moite. Son féroce Electromagnetic Pulse est lacéré de revebs lumineuses et introduit à merveille le titre le plus vrillé du mix, Site 312 de Marko Fürstenberg. La techno prend momentanément le dessus, tandis que les beats se répercutent dans l’air bruissant. S’amorce alors le troisième mouvement, déjà Monolake, avec son superbe Static, commence à ralentir le tempo. Et quand 2562 (Redux) étend de larges overdubs, on saisit que l’heure est maintenant au dub ample et pénétrant. Impression confirmée par le fantastique Mango Drive de Rhythm & Sound. Les beats flottent, la tête dodeline, bercée et hypnotisée. Après une apparition de Maurizio (Basic Channel, décidément très présent) Deadbeat clôture le mix avec classe de son rythmé Deep Structure.

Radio Rothko apparaît comme un disque susceptible d’introduire les néophytes comme de combler les aficionados de dub-techno. Depuis ses débuts jusqu’à la fraîche relève, il décrit les méandres de ce son deep et poisseux. Prenez seulement garde à la lumière du jour, après, elle brûle. 

 

http://www.playlistsociety.fr/wp-content/uploads/2010/06/deadbeat-radio-rothko99322.jpg

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

appartement à paris 21/05/2010 12:49


merci pour cette decouverte!


Isotroph 16/04/2010 15:18


C'est vrai. Excellent mix, avec une playlist très louable, qui peut donner envie aux néophytes de s'intéresser à ce style en plein regain d'activité.


Astro 14/04/2010 19:06


je m'écoute ca des que possible:)
Ne pas oublier Ernestus dans l'histoire ni le stratosphérique Domina de chez maurizio qui - bien confis - peut rendre fou...

Bonus

True spirit (Trésor 185CD) --> une tuerie de a à z comme on en fait plus - ou presque...