Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 16:22

Sortie : juillet 2010

Label : Patpong Records

Genre : IDM vieux

Note : 2

 

Deux producteurs belges signés chez Patpong Records ont mêlé leurs différentes influences le temps d'un maxi. D'un côté, Dark Droïd apporte son style électronica et ses constructions élaborées, tandis que, de l'autre, Daito donne sa vision plus dansante de la musique avec son expérience house. Le résultat s'appelle Electric Rebirth et sonne comme un croisement à l'ancienne entre IDM et breakbeat.

 

Avec des sonorités très synthétiques, les deux hommes signent quatre titres sombres et énergiques. Les rythmiques donnent l'impulsion et des mélodies viennent s'intercaler aux côtés de divers bruits métalliques et froids. Sur Break The Beat, l'ambiance est presque années 1980 avec des sons assez minimaux, voire un peu pauvres. Cette tonalité se retrouve avec plus ou moins de réussite sur le maxi. Cela donne parfois un côté industriel bien vu, d'autres fois, cela sonne un peu comme un aveu d'impuissance. Sur Crazy Pizzi, la batterie a des airs de vieille boîte à rythmes et tire un peu le reste du morceau vers le bas bien aidé par une mélodie un peu facile. Ce choix de sonner comme au bon vieux temps est risqué et s'avère en l'occurrence assez périlleux.

Sur Electric Rebirth, le matériel est bien plus conforme à l'esprit et donne un résultat plus réussi. Les nappes un peu kitchs sont vite oubliées grâce au reste des sons qui créés une atmosphère futuriste et complexe. L'extrait le plus prenant reste toutefois le premier, 3D Soundsystem sur lequel la collaboration fonctionne le mieux. Un kick puissant pose le décor, puis les autres éléments s'amoncellent peu à peu pour faire monter la sauce tout en break. Il y a toutefois comme un goût de faux départ qui revient régulièrement...

 

Comme sa pochette, ce maxi sonne bizarrement comme un projet futuriste venu du passé. S'il n'est pas totalement inintéressant, il fait référence à une époque révolue... la même sensation que de regarder le Dune de David Lynch aujourd'hui.

 

http://www.patpongrecords.com/03_label_media/patpong_records/dark_droid_daito/cover/cover_dark_droid_daito_electric_rebirth_patpong_records_800.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires