Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 16:35

Sortie : mars 2010
Label : Brainfeeder

Genre : Chinoiserie abstraite
Note : 6

Daedelus est partout. Daedelus est nulle part. Artiste très productif qui multiplie les projets, les apparitions, les collaborations, l'Américain sait à la fois se multiplier et être discret. Sortir des albums qui restent (Of Snowdonia ou Exquisite Corpse pour n'en citer que deux) et participer à des disques qui passent inaperçus. Pour cette raison, il semble toujours avoir une actualité discographique, même si son dernier album date de 2008 (Love To Make Music To). Tout en gardant une touche bien à lui, son électronica se transforme et s'adapte selon ses envies. Avant un nouveau long format à paraître entre fin 2010 et début 2011 chez Ninja Tune, Daedelus sort un maxi à l'inspiration étrange.

A-t-il été frappé par le revival des films de kung-fu qui a suivi la sortie du film Kill Bill ? Nous ne saurons pas. N'empêche que l'astucieux producteur a décidé de se lancer dans une illustration de la révolte des boxeurs, épisode de l'histoire de la Chine qui dura de 1899 à 1901. Frappé par les poings de l'harmonie, l'Américain dresse un tableau épique de cette bataille où l'héroïsme et la tragédie se côtoient. Possible toutefois de passer à coté de la référence, notamment à l'écoute du titre Order Of The Golden Dawn et ses résonances brésiliennes, confortées par une douce voix féminine. Un chant qui apparaît à nouveau sur Succumbing dans une ambiance plus sombre et mystérieuse. Ces morceaux constituent des oasis paisibles au sein d'un LP où règne tantôt des tensions guerrières, An Armada Approaches, tantôt un romantisme cher à l'Empire du milieu, avec les deux voix qui se mêlent sur Stampede.
Righteous Fists Of Harmony semble répondre chez Daedelus a une volonté d'explorer une nouvelle voie. Il n'est pas tout à fait dans l'électronica qui l'a fait connaître, mais offre une fibre plus illustrative, qui gagne a être éclairée des influences qui ont inspiré ses titres. Entre les passages chantés et des instrumentaux chargés de différentes émotions, ce maxi offre plusieurs facettes un peu déroutantes. Les pistes offrant plus de repères, comme ce The Open Hand Avows proche de ses précédents travaux, facilite la lecture face à des plages contemplatives (The Finishing Of A Thing) plus mystérieuses.

L'artiste voulait composer une bande originale marquant la fin d'une époque, apprécions l'effort intéressant et original, tout en le replaçant dans un oeuvre plus globale où l'expérimental a toujours côtoyé des terrains plus connus.

http://www.brainfeedersite.com/wp-content/uploads/2010/01/ddls-right-lp-sml.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires