Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 19:31

 

Sortie : juillet 2011

Label : Gradient Audio

Genre : Dubstep, Expérimental

Note : 8/10

 

Cet album a beau avoir été  réalisé il y a trois mois, Culprate a beau avoir sorti son deuxième Lp il y a deux jours, on s'en fout. Laisser passer ce disque fut une erreur que rien n'empêche de rattraper. C'est donc de Flatline dont il est question, premier essai du producteur anglais John Hislop qui laisse à penser que la scène dubstep british n'est peut-être pas complètement moribonde. 

 

Entre les fabricants de turbines dancefloor et les intellos post-Burial, Culprate se taille une place subtile dans le champs des mecs qui se vouent au dubstep. La collision inflexible des genres, l'orientation expérimentale et le paradoxe entre l'enveloppe dowtempo et les cassures des basses font de Flatline un objet particulièrement attrayant. Le décrire précisément n'est point aisé. Culprate démontre d'impressionnantes capacités à prendre l'auditeur au dépourvu, laissant planer des ambiances étranges, libérant des instruments voilés ou conjuguant groove et textures irritées. Il baigne dans Flatline une forme de minimalisme débauché. Les breaks se livrent au défrichage organisé de vos interfaces neuronales, les pulsations caverneuses deviennent l'unique guide possible et peu à peu, l'écho noie les bleeps dans un brouillard fantomatique. On pourrait se croire planté au sein d'un lieu immaculé et artificiel, soumis à des modulations spatiales incontrôlables. Culprate mêle un nombre astronomique d'influences, allant du click'n'cut au glitch, des voûtes orchestrales au découpage chirurgical du beat. Pourtant cette matière fluctuante, métallique et liquide qui en ressort paraît on ne peut plus homogène. Les syncopes organiques, les tonalités tribales ou les tirades de violoncelle sont des exemples d'additifs qui subliment le goût des fractures wooblelisées des basses. L'aspect rythmique en lui-même ne souffre d'aucune redondance. Brouillage intégral, constantes balafres ou oscillations bancales sont autant de pistes que Culprate emprunte avec une invariable commodité. Il a été suffisamment constaté que le dubstep se mordillait la queue, une certaine frange croupissant dans des dérives club et commerciales, sans même parler d'un un manque assez général d'innovation. Observer une tentative parfaitement aboutie de cassage de codes n'en est que plus rafraichissant. Un track comme Grime Frog choppe les tripes et fait littéralement onduler de l'intérieur, absorption due à la puissance d'un gong minimaliste et de nuées de cliquetis. Le rampant Nothing, avec ses feulements et ses choeurs cuttés se range également dans les meilleurs titres, tout comme l'hallucinant Curious George, qui fait passer Culprate au rang de virtuose d'un dubstep assorti de cordes. 

 

Les fans de maisons comme Ad Noiseam peuvent se précipiter sur cet objet fascinant. Parce qu'il n'en travestit pas la forme tout en explosant les carcans, ce dense et minutieux Flatline parvient à donner envie à des blasés du dubstep dans mon genre de s'y consacrer à nouveau, un petit peu. S'il n'y aura probablement pas de top dubstep 2011 (à l'image de celui-ci), on peut malgré tout considérer que cet album de Culprate en squatterait les sommets. 

 

img 1 pr

par Manolito

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Kiki 15/09/2012 02:12

Un peu d'accord avec le dernier commentaire, je suis pas trop trop dubstep.

Mais cet album est quand même mythique, ne serait-ce que pour Curious George, One Man One Jah et le ultra-lourd Flatline !(mondieu)

Joël 13/02/2012 12:32

Malgré la maitrise évidente du coco, je n'ai pas été vraiment convaincu par son dubstep (parce que vraiment pas fan de dubstep de manière générale). Par contre, leur album "colours" tourne en
boucle dans mes oreilles depuis un bon moment. Un petit chef d’œuvre que je recommande vivement

Frizzle_Fry 01/11/2011 18:50


Ah ouais mais c'est que ca tabasse ce truc !! Putain je vais ré-écouter du dubbystep ! Merci pour la découverte !


Colin 31/10/2011 20:39


Le nouveau LP est d'ailleur très bon je trouve, assez surprenant dans le voyage de styles proposé! J'aime particuliérement les deux derniers morceaux.