Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 20:08

Sortie : juillet 2011

Label : Cocoon

Genre : deep-house / techno

Note : 6/10

 

Lancée en 2000, la série des lettres de l'exigeant label allemand Cocoon en arrive à l'épisode K, avec toujours la volonté de mélanger artistes confirmés et nouveaux venus, principalement basés outre-Rhin. La sélection deep house et techno est ici assez uniforme, grâce à des beats contenus dans des ambiances moites, loin du baléarique donc, et pourtant adapté à la chaleur de l'été.

 

Le disque débute par deux petits nouveaux qui vont imprimer une pâte techno à l'évolution assez minimaliste. Le Berlinois David August fait tout d'abord dans l'hypnotisme langoureux plutôt prenant, suivi du Russe Nina Kavitz qui laisse un peu retomber le trip avec un son assez synthétique et et un concept un peu trop frontal. Dinky relance la machine avec un Luvin plus chaleureux. Il fait parler l'expérience même si le chant séducteur est un peu facile. Les choses sérieuses débutent et les amateurs de titres profonds aux évolutions calculées devraient y trouver leur compte. Attention toutefois, nous ne sommes pas dans la finesse de Dial ou d'Ostgut Ton, mais plus dans des sonorités qui parlent au corps, invitant à une danse lascive et passionnée. Et ce n'est pas Henrik Schwarz et son brûlant Now This Way qui viendra contredire ce principe, bien au contraire. L'Allemand hausse un peu le tempo et nous fait vibrer délicatement. Tout ceci s'enchaînant de manière assez fluide.

La suite est du même acabit avec des passages plus réussis que d'autres. Si nous écoutions cette compilation en club, la voix cheap vaguement trafiquée du titre de Maetrik serait le signal pour aller se rechercher à boire tandis que la house festive de Butch nous ramènerait illico sur le dancefloor. De même, le très centré sur la rythmique Icon de Christian Burkhardt et Einzelkind laisse un peu pensif alors que The Trust du Grec Argy fait monter d'un ton la sélection avec ce kick puissant, ces sons vrillés entraînants tout en montée jouissive. Après un hommage non masqué à Detroit de Sascha Dive avec New Frontiers, Minilogue complète le tracklisting pour nous laisser en apesanteur, envoûté et apaisé. Leur Blessed est une perle qui s'apprécie dans toute sa longueur.

 

La réussite de cette compilation tient à la fois à l'homogénéité des productions réunies comme à la progression discrète imprimée au fil des titres. Nous n'en parlons pas souvent, mais cette sélection nous rappelle qu'il ne faut pas oublier Cocoon.

 

http://3.bp.blogspot.com/-W8_Y9jDpMkU/Thx88LmEEuI/AAAAAAAABj8/dZV6_J1a-as/s320/Cocoon-Compilation-K-300x276.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Jérémy 13/07/2011 21:54


Non, il ne faut pas oublier Cocoon,