Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 13:54

Sortie : 16 Avril 2012

Label : Delsin Records

Genre : Techno, dub-techno, deep-techno, ambient-techno

Note : 7,5/10

 

Claro Intelecto est un producteur mancunien reconnu depuis quelques années. Le bonhomme a pris du poids avec la sortie de Metanarrative en 2008. Pour être sincère, je dois reconnaître que cet album ne m’a jamais transcendé. En effet, malgré tout son savoir-faire en matière de dub-techno enveloppante, Claro Intelecto ne m’a jamais paru être un créateur hors-pair. Il n’empêche, Metanarrative possède pourtant un étrange pouvoir. C’est typiquement le genre d’album que j’aime réécouter à l’occasion, passivement mais non sans plaisir. Cela voudrait-il dire que Claro Intelecto insuffle avec malice un supplément d’âme dans ses productions ? En effet, l’attachement à ses morceaux se révèle sur la durée.

Depuis son dernier album, Mark Stewart, de son vrai nom, s’est fait relativement discret, sortant un tout petit nombre de maxis. Reform Club est donc une surprise, d’autant plus qu’il a décidé de lâcher l’entreprise Modern Love pour se diriger vers Delsin Records, label hautement qualitatif et pourvoyeur de talents incontestables de la scène techno actuelle (de Peter Van Hoesen à Delta Funktionen en passant par Conforce).

Reform Club permet de retrouver la dub-techno de Claro Intelecto mais dans un format s’adaptant au contexte actuel. Il serait d’ailleurs plus judicieux de parler de deep-techno. Ce nouvel LP n’a rien en soi d’extraordinaire mais il possède pourtant ce je-ne-sais-quoi qui le rend profondément attachant. D’une exemplaire sobriété, les 9 morceaux déroulent avec grâce leurs pouvoirs. Ce qui frappe tout du long, c’est cette mélancolie permanente. Reform Club est un album triste, qui s’écoute et se vit avec le cœur. Alors certes, la rythmique binaire vous invitera à la danse, mais celle-ci sera lascive et pensive. Point d’explosion, juste une résignation absolue.

De l’enveloppant et insidieux Blind Side, au résolument old-school Control (s’amusant avec la base rythmique du Pump Of The Volume de M.A.R.R.S.), en passant par l’ambient-techno alanguie de Night Of The Maniac, tout est propice à l’abandon. La basse est douce, les sons cotonneux. Rien ne viendra troubler vos songes. Vous n’avez plus qu’à vous laisser aller. Mais c’est lorsqu’il supprime le beat techno pour se concentrer sur une pulsation cardiaque que l’anglais se révèle être le plus captivant. Still Here devient alors une échappée nocturne déchirante.

A défaut d'être transcendant, Reform Club est un album de deep-techno attachant et sincère, totalement adapté à notre époque tant sa mélancolie troublante arrive à trouver échos dans nos corps. Pour cela, laissez du temps à cet album pour trouver la place qu’il mérite.

 

http://factmag-images.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/2012/03/Claro-Intelecto-08-03-12.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Barnabé 01/10/2012 18:27

Vous aviez raison, sur le long terme, cet LP a trouvé la place qu'il mérite... En format vynile sur ma platine!

shadowbox 12/05/2012 02:28

depuis quelques semaines, je suis accro à cette galette. les basses sont rondes, les snares secs et les mélodies mélancoliquement trippantes. j'adore ce côté dub-tech étouffé qui tend en effet à la
deep. les moreaux ambient sont plutôt bien réussis. yes!

Barnabé 19/04/2012 18:37

Tres bel album, un voyage!