Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 21:03

Sortie : avril 2011

Label : Audiotrauma

Genre : Industriel, Screaming Noise

Note : 7,5/10

 

Je pense que si je n'avais pas assisté l'automne dernier à la prestation furieuse de Chrysalide au Maschinenfest, je n'aurais sans doute jamais posé mes esgourdes innocentes sur cet objet sombre et rageux. Les frères Coeffic et Yoann Amnesy sont de Strasbourg, ce qui me rend heureux vu que c'est ma nouvelle ville d'adoption. Mais on s'en fout de ma vie de merde. Revenons plutôt à cette formation qui enflamme l'Europe de l'Est et la scène industrielle dans son ensemble lors de lives où les trois membres ressemblent à des nettoyeurs cyberpunks de plages mazoutées. Ils comptent parmi leurs potes les vétérans Punish Yourself, Ambassador 21 et Ex_Tension (eux aussi Strasbourgeois). Je n'aborderais pas leurs noirs desseins précédents (au nombre de 3), ne les ayant pas écoutés. Distribué par ant-zen et la plateforme équitable cd1d, cet album est paraît-il bien mieux produit que les précédents. Plongeons dans ces eaux frelatées, juste pour voir si on y respire bien.

 

Y a des gens qui n'adhèrent pas à notre joli monde, qui s'offusquent du conglomérat meurtrier et capitaliste, asservissant chaque jour un peu plus les cloportes que nous sommes. Protester gentiment comporte un risque : n'être entendu par personne. Alors autant beugler comme un porc qu'on égorge, puis ériger une intifada industrielle et hardcore. Pas complètement dénué de romantisme et d'esthétisme goth-post-Skinny Puppy, le trio avance le poing levé (le majeur aussi). Le beatwork est violent et infecté, les nappes profondes et lugubres, le rythme martial et çinglant. Les voix bien que trafiquées salement, sont extrêmement bien positionnées et se dressent en parallèle à ce vacarme (très bien arrangé au demeurant) prophétisant l'apocalypse. Les importants efforts de production sont donc confirmées, assurant aux titres de l'album un potentiel live dévastateur. Chrysalide distille en effet une rage noire et une énergie furieuse que je n'avais jusqu'ici que croisé dans le metal. Si Traders Must Die, I Do Not Divert Eyes (et son côté baroquecore moins potache que celui d' Igorrr) et le terriblement froissé riffé Anger Is A Show avaient déjà achevé de me convertir à cette grand messe bruitiste et païenne, l'enchaînement entre Not My Word et le vicieux, hardcore et technoïde Give Me Something Stronger m'a fait l'effet d'une confrontation avec un moteur d'avion bombardier. Si They Won't Get Us et 2010 valent aussi leur pesant d'hydrocarbures, je dois avouer qu'étrangement, j'adhère moins lorsqu'ils se montrent plus mesurés et contenus. A force de se sentir extrait du monde aseptisé des Bisounours de TF1 et de Martin Bouygues, on a plus vraiment envie d'y revenir. Rest In Silence My Friend, ceci est un avertissement.

 

Don't Be Scared, It's About Life est une tornade réservée à un auditoire averti. Mais pas que en fait, la preuve. C'est en tous cas ce que j'ai entendu de mieux dans le genre, physique, éreintant et brillant d'une totale absence de concessions. Hautement recommandé à haut volume aux courageux et aux soldats de l'indus déjà bien chevronnés.

 

http://i52.photobucket.com/albums/g18/ben_suicyco/a%20l%20arrache/dd2d6079.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires