Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 19:07

Sortie : avril 2010

Label : !K7 / ECM

 

Chroniques électroniques aime le jazz et le jazz aime de plus en plus la musique électronique. Deux exemples récents viennent confirmer cette tendance. Dans la série des jazzmen qui reprennent des classiques de la techno, Christian Prommer s'était fait remarquer en 2008 parmi d'autres artistes qui avaient tenté l'aventure avec plus ou moins de réussite. Il nous revient avec un deuxième volet dans lequel il continue de privilégier la réinterprétation à la conversion de ces titres au jazz.

Une démarche différente est opérée par les musiciens du Nord de l'Europe qui font tendre de plus en plus leurs son vers l'électronique tout en conservant une approche jazz. C'est par exemple le cas pour Food dont le duo d'origine est renforcé pour leur nouvelle livraison par deux recrues de choix : Nils Petter Molvær et Christian Fennesz. Pas vraiment des inconnus de la maison.

 

Les résultats sont bien entendu très différents. Dans le Drumlesson Zwei de l'Allemand, chacun va chercher à retrouver la trace des originaux, va guetter comment le beat de départ a été converti à la musique improvisée. Une démarche vite abandonnée car Prommer ne s'éloigne pas vraiment de la musique électronique par ses instrumentations léchées, rythmées, sans accent sur l'aspect acoustique attendu. La présence de différents instruments électriques, basse, guitare, clavier, renforce rapidement cette idée. Il est parfois proche des producteurs house qui cherchent à tendre vers le jazz, et à d'autres moments dans une mouvance plus rock instrumental. Le batteur conçoit en fait plus des remixs que des reprises. En effet, il n'est par exemple pas aisé de reconnaître le Acid Eiffel de Laurent Garnier. Le Jaguar de DJ Rolando est plus flagrant. Mais peu importe.

Ce disque est un hommage par l'appropriation. Il s'agit sans doute surtout de démontrer que Carl Craig (Sandstorms), Kruder & Dorfmeister (High Noon, clin d'oeil à Peter Kruder, coproducteur du disque) ou d'autres peuvent inspirer une musique organique complexe, jouée par des musiciens. Prommer prend son temps ou se dépêche, passe rapidement sur un Oxygène (part IV) de Jean-Michel Jarre un peu futile ou prend tout son temps sur une relecture hypnotique du Sandcastles de Dennis Ferrer et Jerome Sydenham. Une impressionnante puissance se dégage de ce dernier morceau avec une tension qui grandit au fil des mesures. Une magnifique conclusion qui rappelle les regrettés EST.

 

Oubliez donc le concept de ce Drumlesson et laissez vous porter par ces compositions qui démontrent une manière intéressante de produire de la musique électronique. Le résultat est un disque dense et bien pensé. C'est l'essentiel.

 

http://4.bp.blogspot.com/_zCvPofYid9M/S46crueR-OI/AAAAAAAAAQ0/VFt-rCalU4s/s400/K7257CD_cover.jpg

 

Excepté le rapport au jazz, Food n'offre finalement pas beaucoup de similitudes avec l'Allemand. Agissant depuis 12 ans dans l'électro-acoustique, le groupe composé de Thomas Strønen à la batterie et la programmation et de Iain Ballamy aux saxophones voit un trompettiste norvégien, Nils Petter Molvær, en remplacer un autre, Arve Henriksen parti en 2004, et arriver le guitariste autrichien Christian Fennesz dans ses rangs. De quoi se mettre en appétit. Les paysages sont bien plus minimalistes, chaque musicien venant poser humblement sa pierre à l'édifice totalement jazz. Difficile toutefois de ne pas penser ambient à l'écoute de ce Quiet Inlet. Sur Chimaera par exemple, le sax et la trompette se croisent sur fond de percussions dispensées au compte-goutte, le tout dans une atmosphère crépusculaire. Paisiblement, Nils Petter Molvær fait hurler sa trompette dans le désert de Becalmed et au long des sept pièces souvent dépouillées à l'extrême.

Ce disque au style typiquement nordique tourne malheureusement à la performance solo manquant un peu de consistance. L'espace est exploité avec bien trop de mesure. La sauce ne prend pas vraiment et la rencontre semble avoir mis ensemble des personnalités qui se regardent au lieu de fusionner. L'excès de sobriété de ce disque est gênant. On aimerait y trouver de la profondeur et ce n'est que de la simplicité qui en ressort. Les duos Molvær-Ballamy sont subtils sans être convaincants, tandis que Thomas Strønen brille surtout pas sa discrétion. Quant à Fennesz, il ne se fait entendre que de manière très lointaine. Ses nappes se détachent notamment sur Mictyris et Fathom, lors des rares moments où les percussions sont aussi en avant.

 

Food ne nous apporte pas la qualité à laquelle nous habitue le label ECM, avec ce disque d'une nudité un peu commune. Une déception.

http://player.ecmrecords.com/uploads/food/cover.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

mitch 09/03/2012 01:18

Oh yeah à 19h 30 le post mdr.

Je crois que je viens de finir de lire vos chroniques ( c’était assez ambitieux et ca m'a pris pas mal de temps ) mais je ne pouvais pas passer à coté de tant de savoir et je trouve que vous êtes
bon.

J'en ai donc profité pour lire au passage un paquet de post de l'Astre que je tiens ici à remercier pour tout ces fou rires + les bonus :)


Pour toi je fais un extra:

Lovage de automator ( là je pensais à serge )

From the cockpit de Vulva ( là je pensais à ta norvégienne)

wildplanet - Blueprint ( parce-que je pense à un vieux truc tout pourri d'acid-tek que tu avais posté :) mais j'ai pas envie d'aller le retrouver pour te dire ce que c'était)

Ian Simmonds – The Burgenland Dubs ( plus en rapport avec le Future Jazz ) je crois que tu connais ce label mais cet album?
Bon de toute facon je suppose que tu les connais déjà tous mais ca te servira de bonne excuse pour les réécouter ;)

Mitch

Astro 05/05/2010 19:34


Je sais bien que vous avez chroniqué le Henriksen, c'est meme a cette occasion que j'ai posté mon deuxième com sur votre blog... Deja à l'époque les prémices de ce qu'allais devenir notre relation
s'annoncés conflictuelles...:)
Du reste, c'est toi le premier qui a défini ce disque de "typiquement nordique" : je n'ai fait qu'en rajouter une couche parce que meme si c'est vrai que leurs releases sont de qualités voire de
très bonne qualité, il n'empêche qu'on a trop souvent (tout le temps...) l'impression que les gars se sont fait un devoir de jouer les "nordique lovers", pour resumer... J'ai une connaissance d'une
connaissance, Fin de son prénom, un norvégien saxophoniste, que j'ai poussé dans ses retranchements en l'enfumant tel un renard(!) embusqué dans son fjord (!!) lors d'une belle et chaude nuit d'ete
et je reussi a lui faire admettre que toutes ces phases dites "scandinaves" n'étaient que le pendant nordique du latin lover (évidement le lendemain il nia tout en bloc le lache!)...
On a l'impression que ca a plus de consistance (ca en a, soyons totalement honnête pour changer...), mais c'est bien moins évident que cela, pour moi, maintenant...

+

Astro


Astro 04/05/2010 01:01


Concernant le Food (j'ai pas encore écouté le Prommer), je suis d'accord avec toi ; néanmoins, quand tu dis que ce disque "tourne malheureusement a la performance solo manquant de consistance", je
le suis moins parce que ce n'est pas vraiment vraiment du free jazz (j'ai l'impression que tu t'attendais a ça : un truc plus péchu et enlevé) ; mais bon je chipote…

Il est également utile de préciser qu'il s'agit de l'enregistrement de"performances" lives sur deux ans et que ceci explique en partie le coté "exploité avec bien trop de mesure" , le cote trop
rapiécé de la chose ainsi que l' "excès de sobriété" qui, forcement, en découle…
C'est vrai que c'est un peu… rébarbatif dirons nous ; comme a peu près tout ce qu'ecm sort depuis le milieu des 90'… Voila pourquoi je me suis rabattu depuis longtemps chez son petit frère rune
grammofon ou encore chez Tzadik qui est pour moi le "meilleur" label du genre…



Bonus !

VA - Great Jewish music : serge gainsbourg --> sous ce non complètement hors de propos, se cache néanmoins la meilleur compilation de reprises de gainsbourg que je n'ai jamais entendu ; autant
dire la meilleur qui existe... (je peux pas m'empêcher de badiner, c'est infernal croyez moi…). Je conseil humblement…

Cio Dor - Die Faser Part 3 - Rmxs

Beautumn - White Coffee --> c'est très bon (ça veut rien dire mais c'est le cas alors bon, vos remarques a deux balles, j'en ai rien a foutre…).

Et pour manolito qui fait toujours un quasi sans faute (j'suis plus sympathique avec les femmes : j'suis pas totalement fou non plus…:))

VA - Lo Fi soundsystem


Voila, c'est fini. Mais n'ayez craintes, je reviendrais…:)

+

Astro


Chroniques électroniques 04/05/2010 21:04



Tu es un peu dur avec ECM, ils sortent encore des bons trucs... certains Keith Jarrett (en trio notamment), Steve Kuhn Trio/Motsly Coltrane ou Arve Henriksen/Cartography chroniqué l'an passé par
exemple. Même si ce n'est peut-être pas aussi bon que par le passé...


Raph