Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 10:57

Sortie : 14 novembre 2011

Label : Touch Records

Genre : Electro-acoustique

Note : 9/10

 

Cela faisait plus de 8 ans que nous n’avions plus de nouvelles de Chris Watson. En 2003, l’ex Cabaret Voltaire, sortait Weather Report, sublime album d’électro-acoustique se chargeant de capter les sons de la terre. Car Chris Watson n’est pas un musicien au sens premier du terme, c’est plutôt un créateur au sens primaire. Son travail se base uniquement sur la captation sonore directe, sur le travail du réel, sur le concret. En cela, on peut rapprocher ses créations de celles de Pierre Schaeffer ou Luc Ferrari dont il est un héritier évident. L’Anglais livre donc, sporadiquement, les résultats de ses captations pour le compte de documentaires sonores au sein de la BBC.


El Tren Fantasma est son ultime chef d’œuvre en date car il s’agit bel et bien d’un monument sonore que vous tenez entre les oreilles. Tout débute et tout s’achève au Mexique, il y a 10 ans, au bord d’une ligne de chemin de fer traversant le pays du Pacifique à l’Atlantique. Cette ligne mythique du réseau ferroviaire mexicain n’est plus mais Chris Watson l’a parcouru en compagnie des ultimes passagers. Le rendu apparaît sous la forme d’un livre de voyage en 10 escales.

Point de musique ici, seulement des sons. Les trains passent, accaparent l’espace sonore, pour s’imposer à vous. Cet ensemble concret transforme le réel en partition. Le voyage dans le train fantôme peut débuter. D’ailleurs, navigue-t-on dans réel, n’est-on pas dans le factice puisque aujourd’hui, il ne s’agit plus que d’un fantasme ? Tout l’enjeu est justement là, dans cet entre-deux permanent.

El Tren Fantasma doit s’écouter avec la plus grande attention pour pouvoir être réellement apprécié. Le rendu sonore a beau être impressionnant, le risque de vivre le voyage en dilettante est un piège à éviter. Les bruits des animaux de la ferme de Las Mochis est d’ailleurs trompeur puisque lorsque le train vient à passer, c’est pour mieux annihiler la nature. El Tren Fantasma c’est la lutte incessante entre l’homme et la nature, à ceci près que l’homme est ici représenté par la machine. Cette lutte permet de mieux confronter réel et imaginaire car Chris Watson ne se contente pas de livrer un rendu sonore brut, il colle, assemble, superpose différentes strates, il accélère, dilate, étire le temps. Il rend ainsi le réel imaginaire afin de véritablement créer le fantasme.

Unique morceau musical, El Divisadero impose la lancinance d’un train qui roule, cette rythmique métronomique apaisant les esprits. C’est alors qu’une nappe ambient vient sublimée ce parcours avant que le tout se transforme en écho. On touche ici au chef d’œuvre absolu tant le rendu est remarquable, tant l’hypnose s’impose avec finesse.

El Tren Fantasma doit s’appréhender comme un parcours. Entre les portes qui s’ouvrent et se ferment avec fulgurance de Chihuahua, l’abandon désagréable dans le terminal ferroviaire de Mexico D.F. ou bien le trip nocturne dans une jungle inhospitalière (à faire flipper tous les James Cook en herbe) de El Tajin, l’expérience est totale et confine au sublime.


Il est difficile de ne pas tomber dans la conclusion dithyrambique, dans l’avalanche de superlatifs pour qualifier ce chef d’œuvre de Chris Watson. Dites vous seulement que dans 50 ans, El Tren Fantasma aura encore tout son sens. On parle ici d’œuvre majeur, de patrimoine musical. El Tren Fantasma est le disque de voyageur ultime.

 

http://www.touchmusic.org.uk/images/585x/TO42.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Sian'yocq 16/12/2011 12:28

Vous pouvez aussi jeter une oreille attentive aux oeuvres éditées sur le label Firework Edition Records (label de Kent Tankred et de Leif Elggren)

Sian'yocq 16/12/2011 12:24

Je viens de recevoir le disque. Il est envoûtant.

Côté références, il y a aussi Toy Bizarre, Bruno Moreigne, Small Cruel Party, Kiyoshi Mizutani, Michael Northam, Eric La Casa....

Marc 16/12/2011 01:33

wow merci de ta réponse Rabbit!
un paquet de bons moments en perspective vu le peu que je connais de ta liste ;)...

Rabbit 15/12/2011 18:58

"Si quelqu'un a envie de partager ses classiques en field-recording aux novices du genre, comme moi, qu'il le fasse! ;)"

Je me lance alors, en essayant de varier un maximum les univers :

Pour cette année :

Cindytalk - Hold Everything Dear
Iron Filings And Sellotape - Amidst The Grease And Chaos
Black Light Vacuum - Improvisation One
Sound People - Teatime
Machinefabriek & VA - Bridges

Pour l'an dernier :

Nest - Retold
Erik K. Skodvin - Flare
Minamo + Lawrence English - A Path Less Travelled
Plinth - Music For Smalls Lighthouse
Yui Onodera & Celer - Generic City
Marcus Fischer - Monocoastal
Melodium - Palimpse

Pour les classiques :

Aix Em Klemm - Aix Em Klemm
Jacaszek - Treny
Risil - Non Meters Vol. 1
Kreng - L'Autopsie Phénoménale De Dieu
Phoenecia - Echelon Mall
Oval - Dok
Pan-American - Quiet City
Library Tapes - A Summer Beneath The Trees
Benoît Pioulard - Précis
Dead Letters Spell Out Dead Words - Lost In Reflections

(et pourquoi pas le Foley Room d'Amon Tobin, tiens)

Marc 13/12/2011 19:00

C'est vraiment pour ce genre de découverte que j'apprécie toujours autant ce blog (merci!).

Si quelqu'un a envie de partager ses classiques en field-recording aux novices du genre, comme moi, qu'il le fasse! ;)

Chroniques électroniques 13/12/2011 19:16



Et je vais s'efforcer de chroniquer plus de disques de ce style car l'électro-acoustique demeure un genre souvent, très souvent, remarquable.