Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 20:43

Sortie : avril 2011

Label : Chinese Man Records

Genre : Abstract hip-hop

Note : 6

 

Quand est arrivé dans ma boîte aux lettres le nouvel album de Chinese Man, je l'ai accueilli avec un certain dédain. Les deux Groove Sessions m'avaient laissé assez largement indifférent tant ces mixs calibrés pour le grand public faisaient dans une certaine facilité à laquelle le public en concert se laissait piéger de manière déconcertante. Le remix de Day By Day de Femi Kuti m'avait lui profondément gonflé. M'étant aperçu que les trois compères, High Ku, Sly et Zé Mateo, s'étaient cette fois-ci lancés dans des compositions personnelles, je me suis convaincu d'écouter, au moins une fois, au moins quelques titres...

 

Annoncé depuis un mois par le titre Miss Chang, l'album se révèle un peu plus subtil que ce à quoi je m'attendais. Ce premier extrait, mêlant skank reggae et influence chinoise, était déjà plutôt bien mené avec les interventions entre rap et ragga de Cyph4 et de Taïwan MC et le refrain joyeusement original. Le reste de l'album donne toutefois plutôt dans l'instrumental, avec des morceaux abstract hip-hop sans prétention mais de bonne facture avec un mélange des influences jamaïcaines et chinoises revenant régulièrement. Les premières impulsent notamment le groove chaleureux de One Past tandis que les secondes animent l'intro. Le mélange de dub et de soul du titre éponyme rappelle lui, heureusement, quelques productions Jarring Effects. Cette facette est plaisante tout en n'étant pas toujours des plus percutantes.

Pour parler à l'amateur d'instru rap, il faudra écouter If You Please qui cogne un peu plus ou Saudade à l'ambiance mystérieuse ensoleillée par une guitare acoustique accrocheuse avant de sombrer dans un dub vaporeux. L'épaisseur d'In My Room et son chant touchant fait partie des bons moments qui montrent plus de profondeur. Une multitude de samples bien trouvés viennent enrichir les titres et les interludes. Le discours de Jesse Jackson sur Stand! manque malgré tout un peu d'originalité, alors que le groupe choisit des tonalités arabisantes intéressantes sur lequel Plex Rock fait une intervention dispensable. Parmi les invités, notons aussi la présence des DJ de Scratch Bandits Crew dont les scratchs dynamisent le morceau Down. Le sample efficace de guitare constituait déjà une bonne base de départ, habilement relancée par des breaks pèchus.

Pour ajouter à cela, Chinese Man propose un rap entraînant au refrain étonnant (Get Up avec Ex-I, Lush One et Plex Rock), un bain de soleil un brin convenu en compagnie de General Elektriks (Ta Bom) dans une volonté de diversification de fin d'album manquant de cohérence. Aurait-il fallu couper un peu ?

 

Cet album se révèle donc une bonne surprise et le trio a bien fait de délaisser les platines pour composer leur propre mixture. Je n'accroche pas à tout mais une bonne partie mérite d'être découverte. Ce sera peut-être moins efficace en concert, mais plus convaincant dans votre salon.

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/3/6/8/3700398706863.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Thibault 30/08/2011 18:45


Puis si je peux me permettre un dernier commentaire, j'aimerais que vous développiez le concept de "musique trop simple pour que l'on accroche".

Je suis intrigué, je ne savais pas que complexité rimait avec qualité et simplicité avec médiocrité.


Chroniques électroniques 30/08/2011 21:31



Cette belle salve de commentaires mérite une réponse ! Tout d'abord pour dire que j'ai vu Chinese Man en concert (il y a même un compte-rendu ici :
http://www.chroniqueselectroniques.net/article-30134066.html) et que je n'ai pas accroché. Leur musique étant donc "trop simple"... c'est à dire trop naïve, trop évidente. Plus de recherche ou
d'élaboration aurait sans doute plus attiré mon attention, voilà comment je le vois.


C'est marrant ces critiques alors que j'ai bien aimé l'album... mais je comprends que la remarque sur la musique grand public fasse réagir !


Raph



Thibault 30/08/2011 18:42


J'aime aussi le : "[...] tant ces mixs calibrés pour le grand public faisaient dans une certaine facilité à laquelle le public en concert se laissait piéger de manière déconcertante", puis à la fin
de l'article, on comprend parfaitement que vous n'avez jamais vu chinese man en concert...

Piège de la facilité classique chez les critiques : privilégier une belle tournure de phrase quitte à trucher la vérité.


Thibault 30/08/2011 18:40


A lire quelques tournures de phrases de cette critique et les commentaires, je m'aperçois que ce que l'on reproche à chinese man est d'être trop connu du grand public et trop efficace, bref trop
bon. Je trouve ça assez affligeant, mais bon vous remplissez à merveille vos rôles "d'idiots utiles" (je ne vous traite pas d'idiots, mais je pense que vous saisissez l'expression) de la musique
qui permettent à des magasines comme les Inrockuptibles de trouver leur légitimité en France.


Jeeps 24/04/2011 14:51


Pourquoi tout ce qui est "grand public" devrait forcement être mauvais? On a quand même le droit d'être parfois séduit par une musique "efficace" non ?
Personnellement, ça ne me dérange pas d'écouter à la fois Jon Hopkins et Chinese Man.
Il faut parfois savoir se détendre...


Chroniques électroniques 25/04/2011 15:38



Je ne dis pas que tout ce qui est grand public est mauvais et qu'il ne faut pas être efficace... mais dans ce cas précis, je trouvais que leur musique était trop simple, trop évidente pour que
j'accroche. c'est un sentiment personnel bien entendu, et moi aussi j'écoute de la musique grand public et efficace.


Raph



pSk 09/04/2011 23:03


Je suis d'accord qu'on tourne en rond. 2005 c'était cool de découvrir Wax Tailor mais 2010 l'album était vraiment passif. Puis c'est devenu du grand public, malheureusement.


Chroniques électroniques 10/04/2011 16:57



Tu l'as dit !


Raph