Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 10:58

Sortie : 26 octobre 2009

Label : Paper Bag Records

Genre : Electronica, italo-disco kitsch

Note : 6/10

 

Si le brushing de Tom Cruise dans Cocktail revenait à la mode, la musique de CFCF serait numéro un du TOP50. Les 80’s tentent souvent, et malheureusement, de revenir à la mode, mais avec Continent l’essai est concluant. Ce n’était pourtant pas aisé de réussir à maintenir l’équilibre sonore entre synthétiseurs et rythmiques italo-disco.

 

CFCF c’est le fruit du travail d’un seul homme, le tout jeune montréalais Michael Silver. Ce dernier œuvre seul dans son home studio, entouré de ses nombreuses machines vintages. L’éclectique label Paper Bag Records, habitué au grand écart musical (on y retrouve autant Plastikman que You Say Party ! We Say die !), n’a pas tardé à sentir le potentiel du bonhomme. Ce dernier a déjà sorti cette année un excellent premier exercice : Panesian Nights.

Continent est un appel à l’hédonisme. CFCF évite avec grâce le piège du mauvais goût, en prenant avec malice la tangente. Entre le downtempo Raining Patterns naviguant dans des nappes de synthés ensoleillées et la disco de Big Love gonflée aux handclaps et notes de piano, on s’imagine facilement en train de danser lascivement sous les rayons du soleil californien. Tout est prétexte au cliché et pourtant la sauce prend. On oscille agréablement entre les productions baléariques du label Sincerely Yours, l’ambiance rétro-disco de certaines productions de DC Recordings et les charges érotiques de Quiet Village.

Petit à petit, le jour s’efface. Come Closer et Snake Charmer, marquant la fin de l’album, sont propices à une déambulation fantasmée en décapotable, au coté de Bret Easton Ellis, dans les nuits de Los Angeles. Ca groove, ça sent la luxure mais ça sait rester classe.

 

Continent est un album bienvenu en cette entrée dans la période hivernale. On flirtant de trop près avec le kitsch, CFCF risque cependant de ne pas trouver son public. C’est fort regrettable car cet album possède un charme suranné unique.

http://www.xlr8r.com/files/reviews/large/cfcf_1111.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires