Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 20:26

Sortie : juillet 2011

Label : Ultimae

Genre : Space Ambient

Note : 7,5/10

 

La collaboration entre Carbon Based Lifeforms et Ultimae a commencé en 2003 à l'occasion de la sortie du très bon Hydroponic Garden. Les scandinaves Daniel Ringström et Johannes Hedberg sont souvent accompagnés de la jolie voix de la très charmante Karin Andersson. Ils sont considérés par beaucoup comme des références en matière d'ambient enchanteur et méditatif, et plus largement par les observateurs de ce qu'il convient d'appeler les Musiques Assistées par Ordinateurs. Twentythree est leur quatrième album, suivant le très bon Interloper de l'année dernière (chroniqué par nos soins ici).

 

CBL nous avait habitués à des sons évoquant des zones terriennes chimériques et vierges. Cette fois-ci, ils semblent se concentrer vers des destinations encore plus lointaines. Bien au delà de notre petite planète. Là où des messages stellaires tentent d'être captés, là où l'horizon se conjugue à l'infini. La dimension contemplative des très longues pistes demeure intacte, tout comme la quasi absence de beat. Dès les premières minutes d'Arecibo (et du suivant System), l'auditeur attentif et équipé d'un matos haute définition pourra prétendre à une certaine béatification. Comme celle qu'arbore les agneaux de prés salés devant un Mont Saint-Michel qui les dépasse, l'humain n'a jamais semblé si insignifiant devant l'immensité et les mystères de l'espace.  Pendant Somewhere in Russia, on peut s'imaginer les témoins de la sortie de cabane d'observation d'un camarade russe, s'immergeant dans la neige pour que sa vision ne soit troublée par quelque parasite sonore. Que voit-il ? Quel est le fruit de son attente ? Seul lui le sait, mais ses années de travail prennent tout leur sens en quelques fractions de secondes, quand une flammèche vient tout à coup fendre le ciel. Certains trouveront que CBL a su par le passé se montrer plus immédiat et peut-être moins abstrait dans l'évocation. Ils poussent ici l'aspect "progressif" à un degré impressionnant. Comme sur le magnifique Inertia, où les ondulations des drones se plient sous les coups d'un goutte à goutte de stalagmite gelé. On pourrait ainsi croire que la gravité classique reprend le dessus sur la pesanteur, entamant un lent atterrissage sur le plancher des vaches. Ce sentiment se renforce sur VLA ou Kensington Gardens, où les textures se montrent plus naturelles et plus organiques. Cette subtilité dans la réverbération des sons donne un caractère définitivement "deep" à l'ensemble. Ceux qui tendront vraiment bien l'oreille pourront même prétendre saisir les discrètes interventions de Dame Karin sur Inertia et Kensington Gardens.

 

Ce nouvel album de Carbon Based Lifeforms me transmet la même impression que lors de leur prestation live à La Nuit Hypnotique de Mulhouse. Il faut vraiment se mettre en condition et choisir le bon contexte pour pleinement se laisser happer. C'est certes le cas de la plupart des sorties de Ultimae, mais la démarche est ici encore plus contextuelle que d'habitude. Twentythree peut perdre de sa substance lors d'écoute au casque. Le 5.1 est forcément l'idéal même si il n'est pas à la portée de toutes les bourses. Une écoute en extérieur, bien couvert en plein hiver, le cul dans la neige et la tête dans les étoiles, ça peut aussi donner de sacrés résultats. La mise en condition que je vous dis...

 

http://img20.imageshack.us/img20/3905/10901780.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

PmK 20/10/2011 20:49


Sublime, le plus bel album d'Ambient que j'ai écouté cette année. Pour qui fait le choix de s'immerger dans cette musique, un voyage d'une finesse infinie s'ouvrira à lui.