Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 23:51

Sortie : Mai 2012

Label : Self Release

Genre : IDM, Glitch, Post-Rock, Ambient

Note : 7/10

 

Vous souvenez vous de Candle Nine ? Celui qui fut l'une des plus belles promesses du label Tympanik avec son premier et excellent album The Muse In The Machine (ici). Le résident de Chicago Steven Stefaniak a depuis partagé la scène avec des gens comme Millipede et certains autres artistes de la scène post-industrielle. Fan de la première heure des travaux de Gridlock ou Haujobb, il lorgne aussi du côté de la douceur et du post-rock d'un autre label américain : n5md. On l'a également aperçu sur bon nombre de compilations, accompagnés par d'autres fers de lance de cette fameuse scène, comme sur When Light's Drillin The Haze, compilée par nos soins et toujours disponible ici. De son propre aveu, le EP Both Shadow and Substance est une compilation de demos et de titres non retenus pour l'album à venir. Une indication de ne pas s'attendre à quelque chose d'extraordinaire ? Jugeons plutôt sur pièces.

 

Candle Nine a changé. Même si en lui réside encore probablement plus que des vestiges de celui qui aimait singé le dubstep dans ce qu'il a de plus avilissant et postait ensuite sur youtube la video de ses exploits wobblisés. Exit aussi le breakcore gentiment violent et gratuit de Penumbra, l'IDM hachée, véloce et poétique de Raison d'Etre et Wintermute. L'humble utilisation du piano, parfois simpliste mais définitivement entêtante qu'on avait trouvé sur Sketched On Canvas est par contre encore bien présente. Mais elle prend ici une toute autre dimension. Car si Both Shadow & Substance donne les réponses à nos questions sur ce qu'on peut attendre de son prochain album (c'est son principal intérêt, entendons nous bien), la genèse de son nouveau style se trouve dans le titre fswl, utilisé pour l'excellente compilation Nothing Left For Us du netlabel Abstrakt Reflections.

Dans les envolées de ses nappes stellaires, dans sa profondeur ambient et spatiale, mais aussi dans quelque chose de bien plus électrique. Car Steven est également un féru de guitares, dans ce qu'elles ont de plus beau dans leur tension, et parfois même de plus bruitiste. Si The Four Of Us Are Dying sera le splendide témoin de l'influence non négligeable des premières heures révélées du shoegaze (My Bloody Valentine en tête), c'est surtout à mon humble avis du côté de Lights Out Asia que l'ensemble du format court puise sa principale influence. Le trio réduit en duo depuis cette année est le véritable porte étendard de n5md, son post-rock très ambient et spatial a su s'émanciper des sensations parfois trop émotionnelles chères au label. C'est probablement sur I Am The Night - Color Me Black (et de ce fameux piano cité plus haut) que l'influence probable est la plus palpable.

Ne vous y trompez pas, Candle Nine a comme tout un chacun son lot d'influences, mais ne sombre jamais dans le copycat. Le beat et le glitch sont toujours là, dans ce qu'il ont de plus tassé et imprévisible. Tant et tellement que certains glissements rythmiques relèvent parfois du dérapage pas toujours très propre (surtout sur Number 12 Looks Just Like You). On regrettera peut-être également la trop grande simplicité (linéarité ?) rythmique d'un pourtant pas désagréable I Sing The Body Electric.

 

Mais comme dit plus haut, la principale ambition de ce EP est surtout de tracer le sentier futur. Même si effectivement, certains titres ne sont peut-être pas assez aboutis pour transcender un album, ils sont emplis de splendides promesses. Même si il est encore un peu tôt pour clamer que l'humble et atypique Candle Nine a brillamment transformé l'essai de sa mutation, on attend aujourd'hui avec la plus grande impatience la sortie de son nouvel album chez Tympanik. Pour ceux qui voudraient se faire leur propre idée, les quatre titres sont écoutables (et en vente) ici.

 

http://f0.bcbits.com/z/11/04/1104554143-1.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires