Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 15:18
Sortie : octobre 2009
Label : Rhymesayers Entertainment


Quoi de plus classe que d'être lancé par Chuck D en ouverture de son disque ? Un honneur destiné à Brother Ali sur son nouvel album, Us. Deux ans après The Undisputed Truth, le rappeur de Minneapolis revient donc accompagné de Ant, son producteur habituel, creusant habilement son rap sérieux et solide. Il peut aussi bien poser ses chroniques du quotidien sur des beats funky entraînant, Fresh Air à la guitare wah-wah mordante, ou sur des instrus plus mélancoliques, ce House Keys dans un style quasiment spoken word. Il atteint encore un niveau supplémentaire sur Tight Rope avec un flot dense et chantant sur un son east coast qui rappelle presque Jay Z avant sa retraite et son dernier album douteux. Brother Ali approfondie ce style chanté sur Breakin' Dawn, un blues dépouillé sur lequel la guitare répétitive a pour seule compagnie une batterie réduite à sa plus simple expression.
Différentes tonalités se succèdent sur cet album avec comme point de repère la voix captivante du MC surnommé "prêcheur de rue" pour ses textes réalistes empreints de sa propre expérience. S'il laisse souvent respirer les morceaux, l'intensité augmente au fur et à mesure qu'il débite ses sermons retenant subtilement l'attention. Un flow prolixe qui laisse peu de place aux invités, en effet, Freeway et Joell Ortiz sur Best@It font partie des seuls rappeurs conviés.

Un disque sans baisse de régime, juste quelques passages plus calme comme ce You Say (Puppy Love) rêveur en fin de parcours, confirme Brother Ali comme une des figures qui compte du rap US indépendant.


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires