Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 23:16

Sortie : 14 novembre 2010

Label : Ad Noiseam

Genre : Dubstep, Breakcore

Note : 8/10

 

Broken Note compte en ses rangs Tommy et Eddie Jefferys (la moitié de 16bit). Originaire du sud de Londres, le duo a criblé d'EP des labels comme Ad Noiseam, Ruff, Damage ou Prospct, et acquis une solide réputation de terroristes soniques. Après un premier album, Terminal Static, sorti l'année dernière, Broken Note enchaîne avec cet EP, immanquablement publié chez le berlinois Ad Noiseam.

 

L'appellation darkstep sied impeccablement au son des anglais. Leur dubstep tendancieux, mâtiné de breakcore, de drum'n'bass et d'indus n'est pas de ceux à laisser à la portée des petits enfants. Les breaks mordent directement la colonne vertébrale, et chaque déflagration semble provoquer des nuages de débris, qui s'éparpillent dans des crissements douloureux. Autant dire que dès que ce maelström effleure nos oreilles, on se sens aussi scotché et ridiculement minuscule que devant un impétueux phénomène de dame Nature, de ceux qui déclenchent des montagnes de pluie et des torrents d'éclairs, par exemple. Face à la maitrise lapidaire qui hante ces quatre titres, on ne sera que peu surpris d'apprendre que derrière le mastering se cache un certain DJ Hidden.

L'éponyme Flood s'ouvre sur une veine sombrement rock, introduite par des guitares électriques et un brouillard de cordes. Puis le beat mat explose, et évoque de façon troublante un flash ball dont le calibre aurait viré à la mitraillette. Les détonations sourdes, la puissance exubérante des breaks, et les noirs reflux sonores ont quelque chose d'étourdissant. Avec son beat initial suggérant presque un hip-hop bien hargneux, Mass Of Gas apparait définitivement comme le titre le plus lourd de Flood. La suite s'apparente à une bouillie de basses sauce breakcore, dont les réminiscences de dubstep ont été consciencieusement réduites en charpie. Si cela ne vous suffisait pas, le comble de l'agression s'atteint sur Bad Acid. L'ambient et les nappes délicates des premières secondes se font progressivement saccager, tandis que s'installe un véritable climat de terreur. Une voix narquoise profèrera d'ailleurs "Introduce a little anarchy". Seulement un peu..?

Seul Aporia ne me semble qu'à demi convaincant, un brin convenu peut-être, mais se fond sans aspérité aucune au sein de cette glorieuse insurrection.

 

Que ceux qui désirent oublier toute nature morale et percevoir le sens du chaos soient libres de se perdre sous les coups de butoir de Broken Note. Cet EP fracassant n'est cependant pas à mettre en toutes les mains. Pour ce qui est des fans de Matta, de Niveau Zero, et globalement du dubstep estampillé Ad Noiseam, ils risquent fort de s'en pourlécher les doigts. 

 

BrokenNote_Flood-2.jpg

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires