Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 12:22

Sortie : Novembre 2010

Label : I'm A Cliché

Genre : Electro-rock

Note : 7

 

D'un côté, Cosmo Vitelli. De l'autre, Julien Briffaz de [T]ekël. Pas des artistes dont nous parlons beaucoup par ici. Ensemble, ils forment Bot'Ox et tentent une sorte de fusion rock et électro sur laquelle un certain nombre de groupes se sont cassés les dents. Après quelques maxis (notamment sur DFA et DC Recordings), les deux Parisiens s'en sortent eux plutôt bien sur un long format inspiré de l'univers automobile... pour lequel ils n'ont aucune attirance particulière !

 

Quand des artistes tentent de mélanger rock et techno, le résultat est souvent vulgaire ou pompiers, voire les deux, en raison notamment d'une volonté de vouloir transposer un peu trop rapidement l'énergie du premier des deux styles dans le second. Il est alors facile de sonner efficacement puéril comme Justice ou d'un autre âge comme les Chemical Brothers. La voie empruntée par des gens comme Soulwax sur leur Nite Versions ou LCD soundsystem, alliant patience et sens de la retenue, semble beaucoup plus pertinente. Et, merci, Bot'Ox choisit cette route. Les deux producteurs passent les vitesses quand il faut, garde la maîtrise dans les virages et respecte les distances de freinage. Leur conduite n'en est toutefois pas ennuyeuse car ils savent mettre quelques coups d'accélérateur quand il faut (le nerveux Overdrive).

Leur trip est axé sur un groove hypnotique, parfois lent (Car Jacked), parfois plus entraînant, avec Crashed Cadillac par exemple. Sur ce dernier titre, le duo démontre une maîtrise de la montée assez jouissive tout au long des minutes qui s'étirent langoureusement. Il évite toute explosion sonore de mauvais goût pour séduire sur la longueur et créer une patine uniforme. Le mélange des batteries plus rock de Julien Briffaz avec les différentes sonorités synthétiques et quelques guitares (Bearded Lady Motorcycle Show) s'opère avec réussite. Même quand Bot'Ox prend le risque d'ajouter des voix, cela fonctionne assez bien. Sur Blue Steel, Anna Jean pousse agréablement la chansonnette sur un air plus pop, tandis que Mark Bogus Kerr créé une forte tension sexuelle sur Tragedy Symphony. En liant certains titres, les deux hommes donne une continuité à leur virée qui s'achève malheureusement par une sortie de route avec Slow Burn avec, à nouveau, la voix de Mark Bogus Kerr qui nous endort à trop vouloir nous caliner.

 

Les Parisiens évitent la vulgarité sur un album qui en a sous le capot mais qui n'en abuse pas. On referait bien un tour tiens !

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51l%2B2qcpX-L._SL500_AA280_.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Lydsistrata 09/11/2010 04:47


y'a un coté Secret Chief, je trouve et c'est assez ludique quoi, je sais pas ce que ça donne sur un dancefloor, si c'est vraiment efficace.


mhanskiin 09/11/2010 01:51


Bien cool votre blog je viens de découvrir, Il y en a pour tt les goûts ;)
jetez un coup d'oeil si vous avez le temps ==> http://jaidesamisshlags.com/