Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 12:37

Sortie : février 2011

Label : Jarring Effets

Genre : Rap du futur

Note : 7

 

Nous avions découvert le voyageur Bleubird l'an passé lors d'une soirée Novo Hip Hop à Glazart (chroniquée ici). La brièveté du concert nous avait un peu frustré, et c'est donc une bonne surprise de voir ressurgir le Canadien, déjà auteur de plusieurs albums depuis 2002, chez Jarring Effects sur un maxi qui convie une brochette de producteurs maisons pour l'accompagner. Et autant dire que la rencontre fonctionne !

 

Le MC au flow adaptable trouve auprès du label lyonnais des productions aussi originales que son univers le réclame. Le vidéaste de High Tone, Led Piperz, ouvre le disque avec un beat nerveux sur fond de basse massive qui pousse Bleubird à accélérer son débit, prenant quelques accents ragga. Il varie le rythme en fonction des coups de poing synthétiques qui cognent derrière lui. Des accents dub sont plus évidents sur Treasures dont li'nstru a été concocté par Uzul. Les basses sont encore brûlantes et le tempo plus lancinant ne pousse pourtant pas le rappeur à relâcher la pression. Avec Hands Free, R;Zatz introduit des choeurs mélancoliques sur lesquels Bleubird se renouvele pour s'adapter à cette ambiance pop futuriste.

Le maxi s'achève sur GoulagGonzalezeum (machiniste de Grosso Gadgetto) rameute la grosse artillerie pour créer un étonnant chaos sonore. Les rugissements de la tronçonneuse répondent à la guitare ronronnante. Sans aucun doute le titre le plus percutant, avec ses inquiétants passages instrumentaux. Le Canadien laisse place à cette impressionnante explosion sonore avant de se lancer à la manière révoltée d'un Saul Williams.

 

JFX Meets Bleubird offre un rap moderne à la manière de celui déjà proposé par le label avec Reverse Engineering (chroniqué ici). Du solide.

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash1/hs749.ash1/163997_492574903931_36228753931_6240013_5106635_n.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires