Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 20:28

Sortie : juillet 2011

Label : Boltfish

Genre : Electronica

Note : 6,5/10

 

Le projet Biotron Shelf est né de deux esprits à qui l'on doit déjà beaucoup. Tous les deux fondateurs du label Boltfish, Cheju et Mint officiaient déjà en solo avant d'unir leurs talents. Un Cdr avait d'ailleurs vu le jour en 2006 sur le trop confidentiel et trop artisanal label belge U-Cover. Ceux qui nous lisent depuis 2009 savent tout le bien que je pense de Broken Waves, le magistral dernier album de Cheju. Je suis un peu plus réservé en ce qui concerne les travaux plus aériens et encore plus organiques de Mint. Vu la faible activité de Boltfish cette année, on peut se demander si le charmant label britannique ne serait pas en proie à des difficultés financières ou à un relatif  sommeil temporaire. Il est vrai que Cheju, connu également artistiquement sous son vrai nom Wil Bolton, a été bien occupé avec ses tout aussi passionnants essais drone et ambient, plus particulièrement Time Lapse (ici) sorti en fin d'année dernière. L'union des deux compères au sein de Biotron Shelf s'annonçait donc comme pleine de promesses.

 

Officier en duo est toujours un truc compliqué, surtout quand on bénéficie d'une certaine assise et d'un univers clair en solo. Car voilà, Clouds Bands And Arabesques souffre d'un caractère trop linéaire pour réellement accrocher l'auditeur féru des habituelles productions de chez Boltfish. Attention, les deux Anglais n'ont pas saboté le boulot, ils ont juste à mon humble avis peiné pour faire ressortir un sillon captivant et répondre aux attentes qu'avait généré l'annonce de cette sortie. Les jolies mélodies, profondes et crépusculaires, semblent surtout être touchées par l'aspect cristallin et par la nostalgie de l'enfance des textures de Mint (Butternut Squash, Forests Of Glass And Steel). Cheju a probablement oeuvré plus en retrait, polissant ses glitchs, ses rythmiques et ses effets avec la subtilité et la rigueur qu'on lui connaît, intégrant des sonorités traitées issues de vrais instruments, un peu comme sur le dernier album de Winter North Atlantic (A Tree Without Birds). Pour ma part, je retiendrais plus facilement le caractère groovy des graves ronflantes, des breaks et des rythmes de Clockwork Pharmacy, le nébuleux et crépusculaire The King's Horses et les plus riches Three Ten To Euston et Formless Geometry. La courte durée de l'album n'aidera pas à combler ce sentiment de semi-déception. Dommage.

 

Clouds Bands And Arabesques ne décevra peut-être et heureusement pas tout le monde. Il peut être considéré comme un marche-pieds idéal pour ceux qui souhaiteraient tenter une première immersion dans la musique de la maison Boltfish. Les fans de Mint y trouveront peut-être également plus leur compte, avant l'imminente sortie de son nouvel album. On pardonnera donc aisément que les promesses potentielles ne soient pas parvenues à combler les légitimes espérances. La prochaine fois sera la bonne. Longue vie à l'electronica, humaine et organique, déployant des sensations charnelles et mélancoliques.

 

http://www.boltfish.co.uk/images/releases/BOLTLP012_CloudBandsAndArabesques_300px.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Rabbit 04/09/2011 15:16


Effectivement, pas du tout déçu pour ma part (si ce n'est peut-être à la première écoute mais j'ai rapidement changé d'avis par la suite) et notamment par cette dimension acoustique triturée où
l'on sent finalement davantage la patte de Cheju. D'ailleurs le dernier Wil Bolton est aussi très beau, une unique piste enregistrée live qui lorgne sur une "ambient de cathédrale" à la
Jacaszek.

http://wilbolton.bandcamp.com/album/chimes-for-a-wall-drawing