Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 13:23

Sortie : 26 avril 2011

Label : Ghostly International

Genre : Electronica naïve

Note : 5/10

 

Ghostly International est un label regorgeant d’artistes fadasses (avec en tête de gondole l’insipide Gold Panda émoustillant les hipsters via son électronica de pacotille). Pourtant, la maison cache quelques artistes autrement plus fréquentables tel que l'excellent The Sight Below ou encore Matthew Dear. Intéressons nous à Ben Benjamin aka Ben Mullins, à la tête de Midwest Product et PostPrior.

For Long Drives And Temporary Diversions n’est pas un nouvel album de l’Américain puisque les 10 morceaux ont été composé en 2000. Il a donc fallu 10 ans au bonhomme pour daigner sortir cet album. De là à prévoir un album inintéressant, il n’y a qu’un pas que je vais éviter de franchir. En effet, j’ai d’abord écouté l’album sans connaître sa date de gestation. C’est donc totalement vierge que je me suis aventuré dans cette sympathique ballade électronica. Si vous êtes coutumier des atmosphères estivales, des ambiances un brin naïve, d’une électronica délaissant la technicité pour se concentrer uniquement sur les émotions alors cet album est pour vous.

Sans non plus atteindre des sommets, il faut reconnaître que For Long Drives And Temporary Diversions offre une agréable parenthèse. Tranquillement, le petit Ben nous emmène dans son monde un peu couillon. Il nous raconte alors des histoires à partir d’un rien, quelques notes de guitares, avant qu’une batterie ne vienne structurer l’ensemble et qu’une fine utilisation de l’électronique se charge de donner de l’ampleur aux morceaux. C’est facile mais c’est justement cette absence de prétention qui permet de croire en cette vision du monde offerte par Ben Benjamin. On écoute alors l’album distraitement, en acceptant le principe et en trouvant l’ensemble pas désagréable. Il suffit parfois d’un petit rien, d’une seule note, pour être transporté avec douceur.

Il est évident que cet album ne fera pas date mais après tout, on s’en fout. For Long Drives And Temporary Diversions ne procure rien de plus qu’un menu plaisir éphémère et c’est déjà pas mal.

 

http://pixhost.info/avaxhome/2f/4e/001b4e2f_medium.jpeg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires