Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 17:20
Sortie : octobre 2009
Label : Discograph


Après un album concocté à base de machine (The Hard Twelve en 2005) et un enregistré avec des musiciens (Imperial Pressure en 2008), Beat Assaillant a décidé de mélanger ces deux sources de sons pour son troisième album. Avec le producteur français Maxime Lebidois aka Danny Wild, le rappeur d'Atlanta prolonge sur Rhyme Space Continuum ses expérimentations vers un style plus rock-électro. Le résultat est assez inégal.

Il y a d'un côté de bons titres rap, largement gorgés de funk grâce à des cuivres omniprésents. Ces passages rappellent notamment Del The Funky Homosapien ou Lyrics Born. C'est notamment le cas sur Fire et ses violons Blaxploitation. Il faut aussi noter d'autres bonnes inspirations sur l'entraînant Rhyme Space Continuum d'ouverture.
Beat Assaillant offre une autre facette nettement moins passionnante. Toujours dans cette veine funk, quelques morceaux sont plus indigestes, comme ce Get Your Life On Track et son refrain agaçant. Puis dans un style plus electro-clash, notamment sur What Did You Do, le groupe manque cruellement de créativité. Il sonne d'ailleurs
affreusement commercial dans ces moments. Le sommet du kitch est atteint avec Creep, sorte de ballade pop-house, qui dégouline d'ennui. Le disque prend alors un tournant aussi douteux que sa pochette. Quelques refrains chantés venant malheureusement confirmer ce sentiment.

Ce virage électro-rock est donc assez mal négocié par le groupe, même s'il montre à quelques reprises qu'il a en main les moyens de sortir du lot. Nul doute toutefois que des radios grand public y trouveront leur bonheur.


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

m 23/12/2011 22:09

Je viens de découvrir ce blog on ne peut plus intéressant., notamment dans le choix des artistesMais je suis un peu surpris par cette chronique. A mon sens, si Beat Assailant mérite tant le
respect, c'est notamment par ce qu'il sort des sentiers battus concernant son rap sans non plus tomber dans les grosses productions un peu artificielles qu'on entend à la radio. A mon sens dans la
continuité du reste de son oeuvre. Mais chacun ses goûts hin :)

Max 06/07/2015 06:52

c'est de loin l'album le meilleur que j'ai jamais produit avec lui - mais pour cela, faut écouter :-)