Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 13:17

Sortie : 6 juillet 2010

Label : Anticon

Genre : Electronica

Note : 8,5/10

 

Daedelus en personne s’est chargé de présenter le Californien Will Wiesenfeld, aka Baths, à l’écurie Anticon. Le  label qui se joue des styles et des modes pour offrir des propositions musicales parfois bancales mais souvent captivantes propose ici un univers musical encore inconnu : l’électronica-chill-wave.

 

S’il y a bien une chose qu’on ne pourra reprocher à Baths, c’est le fait d’imposer sa propre empreinte musicale. Le mec bosse seul sur ses machines après avoir au préalable enregistré lui-même ses sons sur divers instruments acoustiques (guitare, basse, claviers, etc.). Il y ajoute une bonne louche de field-recording et pose sa voix sur l’ensemble. Le résultat produisant une entité sonore unique et difficilement catalogable. Cerulean apparaît comme un bain de jouvence pour nos oreilles et s’impose rapidement comme une évidence. Baths a un talent fou pour figer dans nos têtes des mélodies simples portées par des rythmiques complexes. Imaginez la rencontre entre Bibio, Flying Lotus et Animal Collective et vous aurez seulement un quart des références que l’on peut percevoir dans cet album.

Cerulean baigne dans des sonorités aquatiques réconfortantes, à peine parasitées par une fine utilisation du glitch. Les beats sont percussifs et l’utilisation du sampling s’emboîte finement dans cette précieuse structure. A ce petit jeu des télescopages auditifs, Aminals est un bijou d’électronica dont les voix d’enfants se superposent aux multiples instrumentations acoustiques.

Baths ne se perd jamais dans ses propositions, les pistes dépassant rarement les 4 minutes. Le tour de force résidant dans cette façon unique de mêler complexité électronique et accessibilité pop. Dès la première écoute de l’album, on est saisit par l’évidence de certaines mélodies. C’est le cas de Rafting Starlit Everglades dont les sons tout en aspiration ajoutés au lointain crépitement de feu perceptible et à la mélancolique mélodie convoquent avec grâce les démons de Boards Of Canada.

Cerulean est maîtrisé de bout en bout, aucune faiblesse ne transparaît. Même la sur-utilisation du vocoder sur You're My Excuse To Travel finit par emporter l’adhésion. Et quand un petit coup de mou se fait sentir, Baths passe à la vitesse supérieure en vous propulsant dans l’espace avec Indoorsy, sublime électronica occupant tout le spectre sonore lors de ses envolées shoegaze à vous coller des grandes vagues de frissons.

 

Pour son entrée dans l’életronica, Baths tape fort, très fort, avec un album remarquable possédant une singulière identité sonore. Vous pouvez vous jeter dessus les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes. Captivant, dense et immédiat, Cerulean risque fort de s’imposer durablement dans votre esprit.

 

http://cdn.pitchfork.com/media/Baths.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Francky 01 20/12/2010 08:11


Excellente et très juste chronique que je ne lis que seulement.
J'ai découvert "Cerulean" peu après sa sorti et.....ouah la claque !!! Sans m'y attendre, je suis parti...le kiff total !!!
"Cerulean" commence comme le first disque des Fleet Foxes : harmonie vocale célestes...mais les beats s'affolent. Normal, on est chez ANTICON...Puis le reste : entre électronica bucolique et
rêveuse, electro aquatiques, harmonies célestes, sonorités magiques, voix et choeurs divins !!!

Bref, on écoute ainsi l'album avec surptrise et, une fois fini, la seule chose à faire, remettre la touche PLAY !!!!
Perso, c'est MON disque électronique de 2010, le disque électronique qui m'a le + touché depuis.............ô moins ! En même temps, tenez-pas compte de mon avis car c'est vrai que d'après votre
compère Ed Loxapac, je n'aime pas vraiment les musiques électroniques (sans rancune, HUMOURS rires....)

A + etmerci pour ta réponse à MON DROIT DE REPONSE !!!
Amitié et sans rancunes............

Bravo encore pour ton papier de Baths.


Chroniques électroniques 20/12/2010 14:03



Merci.



Francky 01 18/12/2010 02:56


Un chef d'oeuvre, avec Darkstar, MON disque de musique électronique de l'année, et haut la main !!!!