Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 20:28

Sortie : juin 2010

Label : Budabeats

 

Le netlabel Hongrois Budabeats s’était déjà fait remarquer cette année avec le superbe album de Crookram (chroniqué ici).  Il sort maintenant l'EP d’un autochtone du pays magyar, Andràs Hargitai dit Banyek. Le bonhomme, bien installé dans la scène underground hongroise, gère le label d’électronica Bitlab Records, et publie de temps à autres des productions sous son propre nom.

 

Outre son titre à coucher sur le palier, Csodaszarvas comporte trois pistes (toutes aussi prononçables) et donne dans le dub électronique, un peu abstract hip-hop, un peu dubstep, plutôt  sympathique. Son style est comparable d’ailleurs à celui de Crookram, avec une utilisation d’instruments concrets, de sonorités vieillottes et d’ambiances de cinéma. Les voix, diverses et samplées, habitent agréablement les titres, et délivrent le propre du cachet de l'EP, du fait qu'elles parlent… hongrois. Sur Méhecske, Banyek fait habilement cohabiter un beat hip-hop, un wobble discret et des cordes qui auraient très bien pu faire la bande son des séquences stressantes de vieux films en noir et blanc. Ajoutées au dialogue entre mâle et femelle qui colle au titre, les dernières notes concluent  sur un air de valse. Plus court mais plus dispensable, Gyùtogato a des airs d’électronica tranquille, entre RJD2 et Bonobo. Enfin le titre éponyme (Csodaszarvas, oui c’est bien ça) se range du côté hip-hop jazzy, se dotant de quelques bons scratchs et de lointains airs de sax. Le tout n’est pas transcendant d’originalité, mais Baynek affirme une maîtrise sans faille de la catégorie dans laquelle il joue. Les années de travail du son que ce natif de Budapest traîne derrière lui s’affichent clairement dans le traitement du beat, dans les textures sonores fouillées ainsi que derrière les ambiances datées. 

 

Un peu maigres que ces trois titres pour apprécier pleinement le talent de Banyek, mais ils suffisent à donner l’envie d’un long format. Comme à son habitude, Budabeats livre ses disques en téléchargement gratuit, un clic donc pour un tour dans le pays où le hip-hop abstrait copule avec des sonorités du début du siècle.

 

                                                          

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires