Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 19:23

Sortie : 2 mars 2010
Label : Strange Famous

Genre : Hip-hop énervé

Note : 7,5/10


Le hip-hop de B. Dolan n'est pas là pour vous carresser dans le sens du poil. La vocation première du bonhomme est d'ouvrir les consciences par le biais d'un rap politique, engagé, sans consession et profondément cynique. Bernard Dolan est loin d'en être à son coup d'essai. Tout amateur de hip-hop connaît son CV. Il faut dire que le background de l'Américain est dense. Il est notamment le co-fondateur
avec son pote Sage Francis de knowmore.org, site hautement nécessaire d'informations alternatives. Depuis 2003 et l'énorme The Failure (ressorti et réactualisé en 2008), Bernard Dolan et son spoken word alimentent les discothèques des esthètes de bon goût. Ses prestations live sont tout bonnement phénoménales.

Fallen House, Sunken City
sort sur Strange Famous, le label de Sage Francis et l'on retrouve Alias à la production. Il faut dire que l'album est très attendu et qu'on attend beaucoup de B. Dolan. Ce dernier ne se fout fichtrement pas de nous en nous larguant un album sombre et prenant pour un résultat sans faille. On retrouve avec un plaisir malsain l'ambiance si particulière de B. Dolan, ce savoureux mélange de spoken word (un flow de plus en plus rappé et de moins en moins parlé) et d'ambiances oppressantes.
La production d'Alias est pour beaucoup dans la réussite de cet album. Il en ressort un son "live" rendant l'objet palpable, la batterie vous claquant en permanence à la gueule afin de vous rappeler votre insignifiance. Cette ambiance sert à la perfection le message vindicatif de B. Dolan avec son flow postillonant. Chaque mot sonne comme une sentence notamment sur le grandiloquent Border Crossing avec ses cuivres digne d'un marche funéraire ou sur le dubstep d'Economy Of Words avec sa rythmique marteau piqueur.
Mais B. Dolan ce n'est pas qu'un amas de hip-hop sans concession. L'Américain sait aussi calmer ses ardeurs avec une exquise finesse comme le démontre l'introspectif Body Of Work avec ses fines notes de piano. Rien n'est à jeter dans ces 12 titres et les featurings de Buddy Peace, P.O.S. et Cadence Weapon ne font que conforter la solidité de cette entreprise.

Fallen House, Sunken City est un album de post-rap brillant de bout en bout. Le flow parlé de B. Dolan se marie à merveille à la production anxiogène d'Alias. Cet album sera à coup sur une des références hip-hop de 2010.


http://storage.canalblog.com/48/16/629022/49673970_p.png

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires