Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 20:47

Sortie : janvier 2010 / février 2010
Label : Deepstep

Genre : Dubstep, IDM

Note : 8/10


Depuis une moitié d'année, Autopilot sort un EP presque tous les mois. On pourrait se trouver un brin sceptique face à cette production de masse seulement voilà, Autopilot est un monstre et ses sorties sont foudroyantes. En août, il avait réalisé Fireflies, un album déroutant et éminemment prometteur. A mi-chemin entre IDM et dubstep, son EP de décembre, le terrible Biohazard m'avait laissée toute abrutie - il avait été chroniqué ici par nos soins. Dans de telles conditions, il était extrêmement doux d'attendre la prochaine livraison mensuelle.
Le Philadelphien a ainsi lâché Soul Solstice en janvier, The Idealist en février, et dire que l'on n'a pas été déçu serait en deçà de la réalité.

Soul Solstice remporte la palme du plus dévastateur. Assimilable au souffle d'une incroyable explosion, l'écoute de ces 4 titres à plein volume est susceptible de provoquer de sérieux effets secondaires : enveloppe corporelle scotchée, méninges anesthésiées, sourire béat et stupide, dans un fracas jubilatoire. Autopilot porte à son comble le mariage entre le côté mélodique de l'IDM et l'aspect lourd du dubstep, le tout saupoudré d'un glitch acide. Chaque morceau s'étend en moyenne sur une demi-douzaine de minutes, et la progression y est finement étudiée. Le titre Soul Solstice démarre sur des boucles étrangement discordantes, qui se muent à la moitié en arpèges hypnotiques et complètement perchés. Les lignes de synthés sont en perpétuelle montée, vrillant le plexus, sur le superbe Winter In E Minor, et percutant des basses immenses dans un éclat de machines froissées. Autopilot joue avec des notes empreintes de mélancolie qui tombent comme des gouttes sur des parterres sombres et industriels (Until Sunrise), ou avec des boucles presque house qui ondulent au sein de nappes denses (le magnifique Temporalysis). On peut mettre ces 4 titres sur un pied d'égalité, ils sont tous sublimes. Cet EP est sublime.

                              Soul Solstice Cover Art

The Idealist de son côté, n'a pas la même fulgurance. Il joue dans un registre plus froid, plus âpre peut-être que Soul Solstice. Cet EP voit intervenir LeyeMeyeD à plusieurs reprises, qui auréole les titres de ses chœurs fantomatiques et de percussions syncopées. Étrangement Keep On Dancing, la première piste, se rapproche d'une turbine dubstep des plus classiques, abusant d'effets "wobble" (ce qui produit un son un peu aquatique). Le reste par contre, verse dans une IDM plus calme et voilée, laissant apercevoir de belles éclaircies (Aquatic). Mais le résultat n'est jamais lisse, Autopilot s'attache à encrasser la machine de cliquetis mécaniques et de froissements inquiétants.

                               The Idealist Cover Art

Devant des sorties d'une telle qualité, on peine à comprendre qu'Autopilot ne bénéficie pas encore de la visibilité qu'il mérite. Les artworks, réalisés par son pote Kochlear sont plus inspirants les uns que les autres - on se souvient notamment de la peuplade de zombies qui ornait la pochette de Biohazard. Tous ses disques sont disponibles ici, le prix étant laissé libre, sans obligation de minimum. Il est bien sûr hautement recommandé de se jeter sur ces EP, et particulièrement sur le divin, le céleste, le chimérique Soul Solstice.

 

N.B : L'album Less Talk, More Bass, figurant dans le top dubstep 2010, est un condensé des EPs Soul Solstice et Biohazard.

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

cacalol 01/08/2012 01:46

yo, jsuis à la recherche de ces ep mais ils sont impossibles à trouver (autopilot n'est plus sur bandcamp) donc jvoudrais savoir si y avait un moyen quelconques de se les procurer

merci d'avance

michel 09/03/2012 00:22

Ouep bon forcement c'est trop tard pour le lien de téléchargement...
Je me contenterais donc des excellents biohazard et fireflies que j'ai trimé à retrouver.

En relisant ta chronique sur ce soul solstice ca me met quand même grave en appétit... Bon allez je vais chercher encore un peu...