Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 16:05

Sortie : novembre 2009
Label : {Dezordr}


A peine remis de l'écoute de Felt 3 (chroniqué ici), c'est une autre ambiance qui vient me saisir à la gorge. Celle-ci vient de France et du premier album d'Audioclokers. Pour réaliser ce disque naviguant entre rap, abstract hip hop (comme on dit) et autres expérimentations autour de ces styles, le beatmaker Dtracks est associé à DJ BlatX qui saupoudre
de ses scratchs des titres sombres et percutants. Ils alternent instrumentaux aux beats qui claquent et à la production soignée avec des morceaux rappés tout aussi travaillés, dont les intro posent l'ambiance avant de rentrer dans le vif du sujet.
Du côté des MC figure une poignée d'Américains : Artoo, Turtle Handz, Silas Blak and the silent lamb et Aamir de Escape Artists. Rien à dire de ce côté avec notamment un Cold Street où la rythmique s'emballe pour donner un accent drum'n'bass que l'on retrouve à d'autres moments (N.Y. Rat Trapps). Specsone et son flow discret apparaît aussi à deux reprises.
Il y a même un peu de place pour la chanteuse soul Lo', sur laquelle j'accroche personnellement un peu moins... Plus risquée est l'invitation de rappeurs francophones : Badem ouvre le bal sur Y En A s'en sortant plutôt bien sur un son de piano mélancolique. La Main Gauche, autre membre du groupe K2C (aussi signé sur Dezordr), fait lui une intervention qui rappelle James Delleck, plutôt positif donc.
Ces voix viennent habilement habiller des tracks qui se suffiraient à elle-même. S'ils ne gâchent rien, au contraire même, on retient surtout de ce disque l'impeccable production. A la manière d'Abstrackt Keal Agram, Audioclockers manie les codes du rap pour mieux les déjouer et leur donner un air électro des plus judicieux où grains et craquements de vinyle font partie des instruments incontournables. I Have Something Has To Say To You fait ainsi voyager autant que du DJ Krush (encore une comparaison flatteuse) avec les interventions millimétrées de DJ BlatX et ce sample de voix fantomatique. Un genre de hip hop du futur bien moins vulgaire que les tentatives racoleuses de Kanye West.

Après Jazz Liberatorz (dernier album chroniqué ici), Audioclockers démontre une nouvelle fois que la France recèle de producteurs rap de talent. Une des meilleures surprises de cette fin d'année avec une qualité irréprochable jusqu'au bout des 16 pistes !


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires