Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 18:48

Sortie : 27 mai 2010

Label : Echodub

 

Qui se cache dernière le mystérieux Asa ? Il y a peu de moyens de le savoir. On apprend seulement que ce personnage inspiré se niche à Bristol, et qu’il a auparavant sorti quelques tracks sur Screwloose Records ou Audio Banquet. C’est au tour du sémillant label Echodub (dont la dernière compilation a été chroniquée ici) de signer le poulain, avec cet Intimate EP de six titres.

Il développe ici un univers où la suavité règne en maîtresse. Le paysage sonore, à la fois paisible et très sombre, est chargé de volutes narcotiques, qui se dressent en vagues de son, portées par des beats lourds et mesurés. Le dubstep très downtempo d’Asa s’inspire de la langueur de l’ambient comme de la ciselure de l’électronica, pour leur administrer un sage traitement au breakbeat. Des voix floues et impalpables s’infiltrent au sein des nappes mélodiques comme de fielleux alizés, tandis que les basses font pulser l’air, bruissant de modulations métalliques. Comme les chaudes soirées d’un printemps urbain, le climat de cet EP paraît éminemment caressant, diffusant des songes en clair-obscur, mêlant les prémices troubles de la nuit à de tièdes ambiances solaires.

Une batterie au rythme ferme fracture l’errance des couches sonores sur l’hypnotisant Live. De temps à autres des nuages synthétiques grondants s’amassent, sort funeste déjà prédit par de lointains violons aux accents dramatiques. Intimate, titre élevé par Rob Booth au rang de "most amazing piece of work" de 2009, dépeint une lente élévation au delà de la stratosphère, étreinte d’un ensorcelant chant féminin, aux inflexions plus que suggestives. Kahn en livre un remix dispensable, à l’instrumental un peu plus appuyé.

Echodub apporte une nouvelle preuve de la qualité de leurs sorties avec ce Intimate intense et tamisé, dans lequel il fait très doux se lover.

 

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires