Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 10:17

Sortie : 28 juin 2010

Label : Infiné

Genre : Techno, electronica

Note : 8,5/10

 

En s’imposant comme contrainte l’absence de sampleur et de sons de synthèse, en ayant recours uniquement à de vrais instruments, l’énigmatique Arandel tient à proposer un objet sonore singulier naviguant entre techno et électronica. Retrouver ce In D sur Infiné, le label d’Agoria, n’est pas une surprise, le boss de l’écurie lyonnaise étant réputé pour son ouverture musicale. Le risque est énorme de se planter dans les grandes largeurs quand on nomme avec autant d’assurance un album In D, référence immédiatement perceptible au In C de l'inestimable Terry Riley. Pourtant, l’œuvre proposée par Arandel est en tout point magistrale et maîtrisée.

 

On aurait pu craindre un exercice vaniteux et pompeux et on se retrouve avec une partition mélancolique d’une profondeur insondable. C’est simple, In D est une perfection de bout en bout, un album rare comme il en sort malheureusement trop peu. Il y a du Etienne Jaumet chez Arandel, notamment dans cette volonté de proposer une vision humaine de la techno, une vision dominée par l’âme et non les machines. Ceux qui pensent encore que la techno est seulement affaire de formatage peuvent se ruer sur In D, ils vont prendre une leçon d’échantillonnage savant sachant télescoper élitisme, intelligibilité et accessibilité.

Ce n’était pourtant pas gagné car In D supprime l’idée même de mélodie. C’est avec ce souci de purification qu’Arandel peut à sa guise laisser ses morceaux vivre et évoluer librement pour aboutir à des pièces puisant leurs forces dans la vibration. Le mariage amère sur In D#10 d’un sitar et d’un piano dysharmonique sur fond d’expérimentations électroniques contemporaines est une cinglante réussite pendant que le métronome impose la cadence à une basse lourde lentement couverte par des sonorités d’insectes rampants sur la techno minimal d’In D#5. Arandel n’en oublie pas pour autant ses aînés. On retrouve ainsi l’approche répétitive d’un Steve Reich avec ce xylophone insidieux accompagnant la lente progression d’In D#8. Et si jamais vous avez peur de manquer d’oxygène dans cet univers deep, la techno d’In D#3 se fera distillatrice d’images cinématographiques avec ses cordes et son violoncelle vibrant.

 

Brillant dans ses moindres recoins, In D est un album précieux, se jouant des courants actuels tout en en prenant la mesure. Le voyage proposé est d’une rare homogénéité et semble pouvoir se répéter à l’infini pour le plaisir de nos oreilles. Arandel délivre avec maestria un des meilleurs albums électro-techno de 2010.

 

http://www.goodkarma.fr/wp-content/uploads/2010/06/arandel-in-d.jpg

 

par B2B

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

madfab 07/10/2011 20:06


je trouve que la tonalité générale est "chaude" ....à l'image d'un bon vieux parquet (cf pochette) ...


mmarsupilami 30/08/2010 17:01


Très bon, effectivement. Pas contre, j'aurais besoin d'une explication : il y a ou il n'y a pas du tout d'électronique sur cet album, étant entendu que, pour un morceau, tu parles d'
"expérimentations électroniques"?

Ceci dit, finalement, l'exercice stylistique a peu d'importance. Par contre, que la musique soit belle en a beaucoup. Personnellement, c'est après nombre d'écoutes et préparant une chronique que je
découvre le défi qui est à la base de l'album. Ca m'intéresse et, fatalement, en même temps, je me dis : qu'importe...

Merci beaucoup pour de nombreuses découvertes...
:-)


Chroniques électroniques 30/08/2010 19:09



Il y a forcément de l'électronique à un moment donné. Arandel se sert de sons originaux mais pour tout mettre en place, l'électronique fait son entrée.


Quoi qu'il en soit, comme tu le dit, au bout du compte, l'exercice stylistique a peu d'importance. Au final ce que l'on retient c'est davantage une atmosphère, un son rond, qu'autre chose.



Violette R.O.L.L. 20/06/2010 18:29


Comme je suis heureuse de constater que je ne suis pas la seule à trouver qu'il y a du Jaumet chez Arandel :D !


Chroniques électroniques 21/06/2010 17:58