Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 09:25

Sortie : 25 octobre 2010

Label : !K7

Genre : mix electronica foutraque

Note : 7,5/10

 

L’exercice du mix reste un art mineur dans la musique. Seule la musique électronique arrive à transcender sporadiquement cette tentative d’éclatement sonore. Une des rares séries à s’en sortir avec les honneurs reste celle menée par le label !K7 par le biais des compilations DJ Kicks. L’idée est de laisser l’artiste contrôler totalement son mix, sans aucune contrainte si ce n’est celle d’y ajouter un morceau inédit. Récemment, James Holden s’en est sorti avec les honneurs avec un mix psyché hallucinant. Apparat semble avoir compris la leçon et son DJ Kicks prend la voie tracée par le boss de Border Community.

 

Trop souvent, le mix électro se limite à une parabole : lente montée suivit d’une descente progressive. Apparat préfère jouer les montagnes russes dans un tracé évitant toute linéarité. Ce DJ Kicks est un joyeux bordel euphorisant où les fines respirations se disputent avec de grandes envolées planantes. Il n’est aucunement question de techno mais plutôt d’une gigantesque partouze mêlant avant tout l’électronica et le dubstep. Le résultat est un mix foutraque indomptable mais follement captivant.

Dès les quatre premiers morceaux la messe est dite et la parabole consommée, on se mange une énorme montée et la cavalerie est lâchée avec le Rushed de 69 avant une redescente aérienne marquée par l’Interlude d’Apparat. On saisit d’emblée la volonté de l’Allemand de ne jamais prendre le chemin que l’on soupçonnait. Même s’il n’évite pas les clichés comme le fait de mixer le Miniluv de Martyn, sans doute un des artistes les plus playlistés depuis 2 ans. Même si parfois les enchaînements sont trop violents comme lorsque déboule sans prévenir Pantha Du Prince, on ne peut que s’incliner devant tant d’aisance et d’ouverture musicale. Il réussit ainsi le pari fou d’enchaîner avec maîtrise deux titres improbables, le Failing de Scorn (remixé ici par les inmixables Autechre) avec le I Need A Life de Born Ruffians (remixé par Four Tet). Et quand Apparat joue avec nos émotions, on frôle l’extase comme lorsque le sémillant dubstep du Tempest de Ramadanman se mêle au sublime crève-cœur d’Harrodown Hill de Thom Yorke.

 

Ce DJ Kicks d’Apparat est un mix parfait, ne souffrant d’aucune faute de goût. Et quitte à enfoncer définitivement le clou, Sayulita, le morceau inédit proposé par l'Allemand réussit à synthétiser à lui seul l’ampleur de ce mix qui risque de hanter longtemps vos oreilles.

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/3/2/0/0730003727023.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

mat 18/11/2010 12:48


Mix effectivement à la limite du sublime.
J'espère voir çà en live prochainement.

Bravos pour vos chroniques et pour le site.

Mat


Schlawinchen 03/11/2010 16:29


Excellent artiste
Excellent album
Excellente chronique

La messe est dite.


l'Astre 02/11/2010 13:48


L'enchainement 1/2 est surpuissant : s'il avait calé une petite note de Psy Trance, c'eut été parfait. Je trouve qu'il commence le fade in/out pour amener la 3 trop tôt dans la 2. La trois - (ici
commence l'effet montage russe assez déstabilisant dont tu parles. Ici il terminera également) - est bien cosmique mais vite chiante, peut-être même les deux simultanément. La 4 est un interlude,
la 5/6/7/8/9/10 c'est de la merde, mais alors bien comme il faut. La 11 est la 5. La 12 est bonne mais moins que le Cue - d'Andrew Pekler sous acides.

Alors tu repasseras avec tes mixes parfaits!


Chroniques électroniques 02/11/2010 16:51



Mix parfait non pas d'un point de vue technique mais pour son aspect "éclaté" et le choix des morceaux.


Pfff, toujours à chercher la petite bête l'Astre.


 


B2B.