Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 13:31

Sortie : mai 2011

Label : Tympanik Audio

Genre : Remixs, IDM, Shoegaze

Note : 7/10

 

Tanner Volz vient de Portland. Il a gardé de ses années où il sévissait en tant que ML de bons contacts avec les gens du label n5md. Débarqué l'année dernière chez Tympanik avec le salué I Will Wait (chroniqué ici) et le superbe clip Absolution is a Plushtoy. Son sens de l'instrumentalisation en matière de mélodies nostalgiques flirtant avec les ombres d'une pop synthétique moderne a su le hisser au rang d'incontournable du label chicagoan. Anklebiter a fait cette fois-ci appel à des potes pour remixer des extraits de son dernier opus. Étant toujours méfiant vis à vis des albums de remixs, j'ai attaqué les écoutes avec l'aigritude potentielle qui me caractérise.

 

Queue. En voilà un joli nom pour un disque. Il est vrai que I Will Wait était un cru particulièrement long en bouche, qui devait bénéficier de plusieurs approches avant de distiller tout son nectar. Mais ne nous arrêtons pas plus longtemps à ces représentations un rien... phalliques de francophones à l'esprit mal tourné. Volz a fait son casting du côté des labels où il a le plus officié : Tympanik et n5md. Les matadors du genre côtoient des petits nouveaux. Le toujours excellent Access To Arasaka confirme qu'il renforce le caractère plus émotionnel de ses sons avec sa relecture de University. Délicieusement long à venir, les gargouilles inquisitrices bleepiennes finissent par être lâchées de bien belle manière. Du côté des pointures, Keef Baker ne donne pas non plus sa part au chien, avec son style romantique paré de violence contenue sur Frigid. Tout en subtilité et en précision, Dirk Geiger apporte une révision plus qu'inspirée de I Will Wait. Mais la palme revient à mon humble avis à Dryft (Mike Cadoo) avec One Three Two. L'ancien comparse de Mike Wells au sein du légendaire et regretté duo Gridlock démontre une nouvelle fois toutes sa capacité à retranscrire des ambiances oniriques, touchées par une profondeur spatiale bienvenue. Étant moins féru de la frange plus dégoulinante d'émotions de n5md, j'avoue avoir été moins touché par les essais de Boy is Friction, Jatun et SubstractiveLAD. J'ai par contre été surpris d'apprécier vigoureusement la version agrémentée de vocaux d'Irulan et l'excellentissime contribution shoegazante des Lights Out Asia, sur un Nothing Will Happens Tomorrow troublant de beauté orchestrale. Les inédits signés par Anklebiter, By Design et OTT, se situent en continuité directe avec ses travaux précédents. Pas de révolution donc, mais les fans ne pourront qu'apprécier.

 

La véritable force de Queue est de dresser un panorama des artistes officiant dans le domaine. Bien qu'inégales mais bien variées, ces différentes versions raviront à coup sûr ceux qui avaient aimé la déjà très bonne version originale.

 

http://www.speakerfire.com/images/products/preview/11660.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires