Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 23:28

Sortie : juillet 2010

Label : Tympanik

Genre : IDM

Note : 7,5/10

 

Avant de se consacrer à son passionnant projet en tant qu'Anklebiter, l'Américain Tanner Volz a officié au sein d'un groupe pratiquant le post-industriel : Thine Eyes. Il a aussi fait partie du projet ML, se signalant sur des labels aussi reconnus que n5md. Il signe cette année son premier album chez nos amis de Chicago, Tympanik Audio.

 

Dans un monde idéal où les synthétiseurs et les machines seraient rois, I Will Wait serait un glorieux et épique album de pop sombre. Seulement voilà, nous ne sommes pas dans un monde idéal. Beaucoup trop passeront à côté de ce joyau, doté d'un potentiel émotionnel rare. Il y a presque dans certains morceaux une nostalgie faussement naïve (Thanks, Deepak ou le troublant Absolution Is Plushtoy), perceptible uniquement par ceux qui savent reconnaître la beauté dans la mélancolie la plus spontanée. Vous aurez donc compris que Anklebiter met ici le paquet sur les synthétiseurs et l'aspect mélodique. Il n'est pourtant pas rare (O'Bannon, Step Out, University) que des rythmiques sèches viennent lacérer les chairs des différentes strates sentimentales. Tout cela pour mieux démontrer que les deux nobles sensations que sont l'amour et la violence, sont plus que jamais intimement liées. Le sublime Happy Hollandaise illustrera mieux mon abstrait propos, tout comme le ténébreux et électrique Frigid de fermeture. Qu'elle se pare d'éléments industriels ou de noirs desseins, la musique du sieur Anklebiter n'en est jamais dénuée de lyrisme et de beauté.

 

Avec ce trésor faisant la part belle au matériel vintage ou moderne, Anklebiter et Tympanik touchent à la splendide réussite. L'écurie de l'Illinois nous avait habitué à des oeuvres torturées et apocalyptiques. On sait dorénavant qu'ils ont aussi un coeur qui bat, grâce à cet album enrobé d'une belle âme et empli de justes sentiments. Chapeau bas.

 

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires