Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 13:59

Sortie : 7 février 2010

Label : Section 27

 

Les dingues d'IDM et les habitués de Chroniques électroniques ont, peut-être sans le savoir, déjà entendu parler d' Altered:Carbon. En effet, les deux Ecossais ont créé un buzz monumental en faisant passer leur premier album éponyme pour un leak précoce du dernier album d'Autechre, Oversteps (chroniqué ici). Communication habile ? Manipulation ? Tentative de dénoncer les abus d'internet ? On ne le saura sans doute jamais. Quoi qu'il en soit, cette amusante supercherie aura au moins eu le mérite de mettre en lumière les trésors que recèle le netlabel britannique Section 27.

 

L'album s'ouvre sur le titre Imposter. Doit-on y voir enfin une revendication ? Bon, allez, on arrête avec ça, cet album vaut bien plus que cette pseudo polémique.

Ceux qui ont lu le roman sci-fi Altered Carbon de Richard K. Morgan comprendront très facilement la filiation avec la musique du duo Ecossais. On a effectivement ici droit à un brillant album d'IDM de science fiction. Il y a un point commun substantiel avec les mythiques Autechre : l'inspiration et la passion commune pour les précurseurs Cabaret Voltaire.

Aidés par des softwares comme Ableton ou Reaktor et des machines Korg, les Ecossais parviennent à réaliser une fresque splendide et cohérente, aux confins de l'IDM, de l'ambient et de l'industriel. Il y a même plus que des effluves de hip-hop au début de l'opus, les excellents Dimi The Twin et Tinted Corvettes. Le duo déploie ensuite des ambiances poisseuses et humides d'usine désaffectée, comme sur le très ambient et bien baptisé H2O. Pratiquement jusqu'à la fin, les Britanniques vont étaler tout leur talent d'oscillateurs rythmiques en lâchant de véritables perles du genre. Glitch, électricité, broken beat, nappes abyssales. Autant de termes qui font frémir les fonds de culotte des amateurs de ce genre de productions. ADSS, le sublime et profond titre éponyme, le frénétique Kovax et le très noise-ambient Hexyl devraient vous permettre d'attester de la véracité du propos.

En fin d'oeuvre, Retina, Sleav et surtout Poly-Nemex raviront ceux qui ne jurent que par les synthétiseurs émanant des volutes menant vers des galaxies lointaines. Très jolis, mais parfois un peu longuets. Geigarr s'annonce comme l'arrêt de cette intermède spatial et onirique, en scindant le beat et en polarisant la mélodie sur un lit de cristal piquant.

 

Vitrine forcée de l'excellent netlabel Section 27, cet album est surprenant de par sa qualité et sa variation. Même si l'année est loin d'être finie, il y a de bonnes raisons de penser que cet album figurera en bonne place au panthéon annuel du genre. Pour ajouter à l'allégresse, l'oeuvre est chopable ici. Bon voyage à ceux qui grimperont dans la navette.

 

http://www.freakenergy.ru/uploads/posts/2010-03/1269396516_s27-035-front.jpg

 

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires