Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 09:59

Sortie : 26 avril 2010

Label : Hum+Haw

Genre : Techno, electro-pop, électronica

Note : 8/10

 

Si la schizophrénie s'immisce lentement chez vous, passez votre chemin car Lux n’est pas l’album adéquat pour réconforter vos névroses. L’Ecossais Alex Smoke est un manipulateur de vos angoisses, quelqu’un prenant un malin plaisir à vous enfermer progressivement dans son univers anxiogène. Lux est le troisième long format proposé par Alex Smoke, après deux albums sorti chez Soma. Cette fois-ci, c’est sur son propre label, Hum+Haw, qu’Alex a pu coucher sa vision de la musique électronique.

 

Entre techno et electronica, Lux se révèle une complète réussite malgré son côté hermétique. On ressort fébrile à l’écoute de cet album maîtrisé de bout en bout. Il faut dire que dès l’inaugural Ikos, l’angoisse pointe le bout de son nez. Entre les légers gazouillis d’oiseaux, des nappes sombres viennent parasiter l’atmosphère. A partir de ce moment là, rien n’y fera, la lumière est définitivement éteinte et il ne vous reste plus qu’à combattre vos propres démons. A ce petit jeu malsain, la deep-techno métallique de Blingkered est une réussite totale par la force d’une structure progressive imparable. UnCern donne l’impression d’écouter un 8-bit indus encore jamais vu pendant que la parenthèse Filla se mue en electronica organique cybernétique. Alex Smoke pose même sa voix (vocodée tout de même) sur Platitudes, électro-pop hybride chancelante. En étant jamais totalement techno, ni jamais totalement électronica, Lux parvient à maintenir l’attention. Le renouvellement permanent donnant l’impression d’écouter un album mutant, une sorte d’électro-techno du futur non pas déshumanisée mais à la texture autant métallique qu’organique. L’ensemble est fiévreux, les sonorités sont tremblantes. Le travail d’Alex Smoke est remarquable, chaque son est finement pensé et l’ensemble s’emboîte à merveille.

 

Lux est un album à la violence diffuse, agissant comme un lent poison. Même si l’aspect anxiogène peut se révéler rédhibitoire, jamais l’électro-techno de Smoke n’est offensive et inaccessible. Album profondément personnel et en tout point remarquable, Lux se mérite mais vaut à coup sûr le détour.

 

http://www.4djsonly.com/Resources/Lux-Alex-Smoke-Hahcd001-AC121677-300.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

l'Astre 11/05/2010 15:56


Ouais c'est une tuerie c'est clair ! Je l'avais écouté vite fait pour dire la vérité, mais tout a l'heure pendant que je passais l'aspirateur pour ramasser les confettis du bal masqué d'hier, j'ai
été aspiré... par la langueur qui irradie littéralement - en dedans - chaque morceau. C'est un super album très original et pourtant sans aucune faute de gout. Très bon.

+

l'Astre


cristianvogel 06/05/2010 20:28


Nous sommes ici face au futur de la techno. Quel dommage que ce disque sorte de manière confidentiel. Travail d'orfévre techno, s'éloignant du dancefloor mais se rapprochant de nos sens. J'attaque
le Dettmann prochainement...


Chroniques électroniques 06/05/2010 21:26



Carrément... excellent album mais malheureusement sorti trop confidentiellement.



Benjamin F 04/05/2010 12:33


Sauf si on prêche activement la bonne parole :)


Benjamin F 03/05/2010 18:02


Perso je le trouve vraiment très très bien cet album. Varié, profond et travaillé, il n'a pas à rougir à côté des grands disques electro de 2010 !


Chroniques électroniques 04/05/2010 12:19



C'est ce que je dis : album remarquable... mais qui va passer inaperçu.



Astro 27/04/2010 17:21


Bonus!

Marcel dettmann - dettmann --> l'été va être pesant, lourd, moite, irritant, captivant... ou ne sera pas ! Une tuerie. Miam miam...

Astro


Chroniques électroniques 27/04/2010 19:11



J'en parle très bientôt.


On tient là un album absolument fascinant.


B2B.