Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:15

Sortie : 6 Février 2012

Label : EMI

Genre : Electronica

Note : 7,5/10

 

Ce n’est pas le fait que Air fasse dans l’électronica-pop un poil trop naïve qui m’énerve, c’est surtout parce que depuis 2001, le groupe n’a rien sorti d’intéressant car s’enfermant dans des schémas bien trop pantouflards. Soyons réaliste, hormis Moon Safari, la B.O. de Virgin Suicides et 10000Hz Legend, le reste n’est que broutilles et pacotilles. Alors, quand les versaillais se sont vu offrir de réinterpréter la bande originale du monument de George Méliès, « Le voyage dans la lune », j’ai, de prime abord, flippé. Comment réussir à réinventer la musique d’un film vieux de plus de 100 ans ? Comment éviter tous les écueils possibles (de l’hommage plombant à la relecture diffamatoire) ? Le pari est pour ainsi dire impossible. En effet, Air ne s’attaque pas seulement au patrimoine cinématographique mais touche aussi ici au premier film faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Au lieu de me précipiter sur l’album, j’ai préféré prendre le projet par le bon bout de la lorgnette, en regardant d'abord cette fameuse version colorisée du film. Il faut bien comprendre qu’initialement, le père Méliès avait en tête son film en couleur. Ce n’est qu’après avoir retrouvé récemment les bandes colorisées et les avoir retravaillées pendant plus de 8 ans qu’on a enfin pu faire renaître dignement ce chef d’œuvre. Les 15 minutes du « Voyage dans la lune » prennent alors une dimension psychédélique indéniable et deviennent une sorte de trip surréaliste avant l’heure. Air en profite pour électriser l’ensemble, se permet des envolées à la limite de l’expérimentale. Il faut appréhender le travail des versaillais comme un tout indissociable. Et je dois bien avouer que le résultat est à la hauteur des espérances.

Mais le groupe ne s’arrête pas là puisque Le voyage dans la lune sort en version album. Même si l’album est court (une trentaine de minutes), il dure tout de même deux fois plus longtemps que le film. Etrange. Oui, d’autant plus que Air y inclue de nombreux morceaux ne figurant pas dans le film et en éjecte d’autres. Exit donc les tentatives d’abstractions et c’est bien dommage. Le voyage dans la lune devient ainsi un album « classique ». Malgré cela, le résultat est loin d’être indigne. Mieux, il s’agit sans aucun doute du meilleur album du groupe depuis 2001.

Air revient à son électronica-pop évidente, se basant sur la simplicité des mélodies et sur des instrumentations vintages (à bases de claviers 70’s notamment). Du très réussi Seven Stars avec son décollage en forme de compte à rebours, à Parade empruntant à l’univers des jeux vidéo, en passant par Moon Fever puisant son inspiration du côté du Japon, Le Voyage dans la lune surprend par son côté ouvertement électrique et contemporain. Air s’est émancipé avec intelligence du film de Méliès tout en respectant le travail du maître. L’aspect souvent aérien des compositions y jouant ainsi pour beaucoup. On fait face à une musique absolument pas nostalgique et on peut très bien écouter cet album sans une seule seconde penser à l’œuvre inaugurale. C’est là que Air réussit totalement son pari, dans sa relecture autant personnelle que général, faisant du Voyage dans la lune une B.O. autant qu'un album indépendant. Le pari était difficile, le groupe s’en sort avec les honneurs.

Il aura fallu attendre 10 ans pour qu’Air sorte enfin un nouvel album digne de ce nom. Situation paradoxale : c’est en imposant un cahier des charges au groupe que ce dernier a enfin pu retrouver son inspiration.

 

http://www.music-story.com/img/album_A_400/air-le-voyage-dans-la-lune.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Agence de voyage pour comite d entreprise 25/07/2014 17:28

Nous l'avons écouté ici à l'agence, et nous avons adoré !

Barnabé 06/02/2012 19:36

Effectivement Air se rattrape! Si je peux me permettre, Premiers Symptômes est également un très bon album de Air, je l'ajouterai à la liste. Mais cela reste mon avis, par contre je suis bien
d'accord avec vous concernant le reste!

_Y 06/02/2012 17:09

complètement d'accord avec la Chronique: je retrouve le AIR un peu plus pêchu de 10,000 Hz Legend / Virgin Suicides, de loin mes préférés.
et pour avoir vu le film recolorisé au ciné, la BO révèle plutôt bien le côté loufoque (la leçon d'astronomie et le passage sur la Lune principalement)

Panda Panda 06/02/2012 09:17

Ce matin, en prenant mon bol de poulain et mes tartines de nutella (hum), j'écoutais France Inter (re-hum)qui passait des extraits du disque et si courts soient-ils ça m'a tout de suite
enthousiasmé alors que les deux précédents disques étaient sans intérêt. J'avais beaucoup aimé Talkie Walkie et ce qu'ils ont fait avant, cette chronique me rassure dans le fait que Air n'est pas
totalement fini.

PmK 05/02/2012 23:29

J'ai écouté cette BO lors de la nuit de la SF à Lyon. La musique (aidée par un son énorme) m'avait estomaqué par son audace, ce qui apparemment avait dérangé quelques cinéphiles réactionnaires
autour de moi qui étaient "choqués" de ne pas entendre une musique plus "classique" ! Excellente idée de la sortir en CD dans une version longue.