Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 10:12

Sortie : 31 janvier 2011

Label : InFiné

Genre : Techno

Note : 6,5/10

 

Sébastien Devaud, aka Agoria, mène une carrière irréprochable depuis ses débuts. Totalement acquis à la cause de l’école Garnier, celle qui veut qu’un DJ set soit plus qu’une simple parenthèse en privilégiant l’immersion et l’émotion aux autoroutes techno, le lyonnais y a toujours excellé. Je garde en tête des mixs légendaires tel la "all night long" des Nuits Sonores 2008 au côté de Laurent Garnier justement (et pour ceux qui veulent saisir la science du mix d’Agoria, ils n’ont qu’à se pencher avec respect sur le sublime Cute & Cult de 2005).

 

Ce sont davantage les productions perso d’Agoria qui nous intéressent ici avec la sortie de son troisième album, Impermanence. Le boss d’InFiné, label hautement intègre et respecté, reste fidèle à son ouverture et livre un album autant influencé par la techno de Detroit, que par le jazz ou la soul. Le pari était risqué à l’époque de Blossom et The Green Armchair mais pourtant les essais avaient été concluants. En effet, le Français a toujours su alterner longues plages de techno puissantes et racées avec de fines digressions plus introspectives.

A force de courir le monde pour délivrer la bonne parole, il a appris à s’assagir. Ceux qui attendent un nouveau Code1026 ou une nouvelle 11ème Marche seront déçus. Agoria préfère miser désormais sur une techno plus deep, toujours aérienne mais évitant un décollage trop violent. Panta Rei et Little Shaman apparaissent néanmoins comme de puissants satellites, à la tension expiatoire, mais dont l’énergie primaire s’efface pour mieux s’insinuer avec perversion dans nos cerveaux. Agoria est malin, il maîtrise ses gammes et sait comment satisfaire un clubber récalcitrant. L’aspect robotique et lancinant de Speechless, porté par les susurrements érotiques de Carl Craig, est le bonbon idéal pour une déambulation urbaine nocturne. Les 9 minutes n’en finissent plus de vous coller aux tympans pour vous laisser hagard sur le bord de la route. Il n’en oublie pas pour autant son amour des atmosphères cinématographiques (ce n’est pas pour rien qu’il a signé la B.O. de Go Fast) pour un Gran Torino misant sur de vastes nappes atmosphériques.

Mais tout n’est pas parfait dans le monde d’Impermanence et quand Agoria flirte de trop près avec la soul, Kiss My Soul, on regrette autant de mièvrerie. Et pourquoi avoir resservi Libellules, déjà sorti en EP en 2009 ? On pardonnera tout de même ces incartades au Lyonnais, son album restant homogène d’un bout à l’autre.

 

Agoria n’invente rien, il se contente seulement, mais avec talent, de se renouveler, de se repositionner sur l’échiquier techno. Il démontre que l’on peut évoluer sans renier ses origines, que l’on peut transformer la puissance adolescente en introspection adulte sans pour autant tomber dans la neurasthénie et la facilité. Impermanence possède une troublante sincérité méritant plus qu’un fugace détour.

 

http://medias.fluctuat.net/albums-covers/2/1/4/album-19412.jpg

 

par B2B

 

P.S. : à noter qu'Agoria fera sa release party au Rex (Paris) le 5 février prochain pour une all-night long.

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

pSk 01/02/2011 17:19


Eh bien je dirais que les EPs sont de simples amuses-gueules (pardonnez mes mots composés pluriels) annonçant un album à venir. De là, il paraît logique que certains, néanmoins pas tous, titres y
refassent apparition selon la synergie que l'auteur leur aura trouvée.
J'ai été soufflé par Libellules & Grande Torino justement car c'est peut-être ce genre de sons que je veux entendre et je ne pense pas qu'il faille en attendre énormément plus.
J'attends d'avoir écouté l'album mais que ça soit costaud ou aérien, Agoria reste à mes yeux une valeur sûre non pas d'un renouvellement comme dit, mais d'un arrangement de sons qui fait vibrer.


Chroniques électroniques 01/02/2011 18:15



Le principe d'amuse-gueule se tient.


Et on est bien d'accord sur le fait qu'Agoria est une valeur sûre.


 


B2B.



BOUCHONNEAU 26/01/2011 20:49


Album bof, c'est beau c'est du Agoria mais ça saoule à la longue. Autant ces mixs sont à tomber, autant sa musique respire l'ennui. Malgré qques plages réussi ca sent la redite. Désolé je n'adhère
pas. Au prochain peut-être.


Chroniques électroniques 26/01/2011 23:38



Je reste globalement d'accord, c'est bien foutu mais c'est un peu convenu... mais le mec reste un sacré DJ par contre.


 


B2B



Benjamin F 26/01/2011 12:02


Un peu déçu justement par le manque de prise de risque du disque. Sympathique mais en deçà des attentes.


Chroniques électroniques 26/01/2011 12:52



On est donc d'accord.


 


B2B