Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 09:57

Sortie : janvier 2011

Label : Fuselab / Jumble

Genre : Rap instrumental électronique

Note : 5

 

Après un mini-album et un maxi (Error Code, chroniqué ici) de bonne facture, AEED se lance sur un long format, Titles (en téléchargement gratuit ou payant ici), produisant toujours des bidouillages électroniques entre électronica et rap instrumental. Son label l'avait à juste titre inclus dans sa première compilation étiquetée "future beats" (Re-Jumble, chroniquée ici).  

 

En 20 pistes plutôt courtes, le Suisse créé une ambiance apaisante par des nappes voluptueuses et des rythmiques peu nerveuses. Les quelques samples de voix parcemés avec mesure viennent ajouter une touche organique dans un ensemble fortement numérique. Les cris de Children Of The Sun sont ainsi un appel à l'aide face à une mélodie massive que rien ne semble pouvoir arrêter. Les évolutions sont assez minimales, la dynamique étant plutôt créée par l'enchaînement des titres. Au claquement des caisses claires répondent des bleeps nombreux et variés. Avec What ou Ciao, AEED forge des instrumentaux au tempo déviant et regorgeant de sons pour construire un tout viable qui avance en claudiquant.

Mais cette profusion de morceaux cache quelques manques. Si une certaine unité se dégage de l'album, les temps forts sont rares et l'écoute peut sembler de ce fait un peu linéaire. De même, les évolutions des titres, assez limitées, renforcent ce sentiment. Par exemple, la base d'un Electricity Part 2 interpelle, mais peine par la suite sérieusement à décoller. Plus de ruptures et de surprises auraient pu agréablement bouscule l'écoute. Toutefois, des passages comme Through The City ou Radio Galaxia se démarquent, notamment grâce à des constructions plus marquées et des lignes accrocheuses, et relèvent un peu l'attention.

 

Le producteur suisse signe donc un disque aux qualités indéniables mais qui manque de relief pour tenir sur la longueur.

 

http://fslab.net/wp-content/uploads/2011/01/jumb002_-_aeed_-_titles1.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Osospsherique 01/02/2011 16:59


Pareil pour moi! J'ai eu beaucoup de mal au début mais après 2-3 écoutes je trouve cet album très bon dans l'ensemble (à part 1 ou 2 titres).


Chroniques électroniques 01/02/2011 21:10



Les plusieurs écoutes réalisées avant la chronique n'ont pas provoqué le même effet, sauf pour 3-4 titres.


Content que ça plaise en tous cas.


Raph



raph 01/02/2011 13:19


yop yop dite donc je l'ai écouté avant que vous le chroniquiez, chose rare :)

En première écoute j'ai trouvé aussi qu'il manquait quelque chose. D'ailleurs je l'avais arrêté quelques morceaux avant la fin, le trouvant trop long pour ce type d'agencement de
morceaux...pourtant ce matin il est passé comme du petit lait! Allez savoir!

En tout cas merci pour la découverte de Jumble, y a pas mal de chose à suivre là-bas!