Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 09:32

Sortie : 20 Janvier 2012

Label : Monkey Moods

Genre : Glitch-hop, 8-bit, bleep, électronica

Note : 7/10

C’est par l’entremise d’un concert au Cri de la Mouette à Toulouse en 2006 que j’ai pris une remarquable claque. Il ne s’agit pas seulement de musique stricto sensu mais plutôt de la décharge que peut parfois (trop rarement d’ailleurs) imposer un concert à un organisme. 9th Cloud m’avait alors cloué sur place avec son live électronica, son apparente humilité et le fait de tout donner alors qu’il n’y avait pas plus de 9 personnes à ce concert. Ce genre de moment, ça vous marque durablement.

A l’époque, 9th Cloud sortait Delicate Sound, son deuxième album. Bien que n’étant pas exempt de défauts, je l’écoute encore régulièrement. Et là, je reçois un nouvel EP du bonhomme, 43 Sunsets, alors que je pensais qu’il s’était définitivement éloigné de ses escapades solitaires pour mieux se concentrer sur son duo Half A Rainbow, formé avec Vompleud.
9th Cloud a évolué, son hip-hop-électronica sage et planant s’est désormais transformé en glitch-hop bleepé malaxant les neurones telle une bourrasque de Free The Robots. 43 Sunsets déploie 10000 idées en à peine 5 morceaux pour 20 minutes et autant dire que le père 9th Cloud en a des choses à nous narrer. Tout va vite, très vite, parfois trop vite d’ailleurs. Le morceau éponyme est de loin la plus grande réussite de ce court format. Cette micro-odyssée n’en finit plus de s’imposer, de bouffer tout l’espace sonore. La rythmique syncopée et les bouffées de bleeps ne sont qu’un principe. On devine derrière un travail minutieux des textures sonores. Car là où la musique 8-bits se révèle épuisante dans ses errances aigües, 9th Cloud a la malice de proposer une ossature plus sombre. Ainsi, potentiellement, un titre du niveau de You’ll Do The Day aurait du m’exaspérer en moins de 30 secondes alors que non, que dalle, puisque les idées fourmillent, les sonorités sont modulées et alors même que tout semble partir en vrille, il maintient avec fermeté son édifice.

Bien que manquant tout de même d’originalité, 9th Cloud évite de tomber dans l’exercice technique superfétatoire et l’étalage de styles vain. 43 Sunsets se révèle être maîtrisé et réussi. 9th Cloud demeure un artiste français injustement méconnu et c’est fort regrettable.

 

http://www.9th-cloud.com/assets/images/records/9th-cloud-43-sunsets-EP.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires