Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 20:59
Sortie : 14 septembre 2009
Label : Citron Vert

Musicien compositeur basé à Besançon, Näo est loin d'être un débutant malgré la confidentialité relative à laquelle renvoie son nom. Il a officié en tant que guitariste au sein du collectif Néofit et a co-fondé le projet Audiounit avec pour partenaire Peuh !. Il a d'ailleurs mené ce projet jusqu'à une représentation mémorable dans le cadre du festival Electro-Clique. S'intéressant également au cinéma, Näo peut se targuer d'avoir re-composé la musique du monument de Fritz Lang, Metropolis.
Résolument moins jungle et beaucoup plus dowtempo que par le passé, Näo publie récemment ce premier album solo qui jouit déjà d'un bouche à oreille plus qu'intriguant pour les explorateurs que nous sommes.

Aux confins de l'électronica et du trip-hop, Picture This If You Will est un album plus que brillant.
Näo illumine ses titres avec cette capacité à réaliser des mélodies cristallines faussement naïves, presque enfantines, rappelant un peu le glorieux album de Mint, Cardboard Rocketships, sorti cette même année (et chroniqué ici).
La comparaison avec le Britannique s'arrête là mais en amène bien d'autres : DJ Krush (pour les sonorités nippones mystiques), le grec Blackfilm (pour le choix des nappes) et le légendaire Amon Tobin (pour la sphère rythmique et les breakbeats ciselés). Le fait qu'un artiste jurassien soit comparé à de telles pointures devrait déjà vous convaincre de vous procurer cet album par tous les moyens.
Mais parlons du disque...
Cette musique chimérique évoque un rêve immobile et éveillé. Entre paix et menace, on divague au gré des incursions abstract hip-hop et des émanations synthétiques lumineuses. Les instruments sont retaillés avec un talent d'orfèvre.
Souvent, des sonorités ethniques viennent rajouter de l'originalité à l'ensemble, la voix sur Labial (d'Arabie ?), les flûtes inquiétantes ainsi que d'étranges instruments rappellent l'Asie et plus précisément l'Empire du soleil levant. Ceci renforçant évidemment la comparaison avec DJ Krush.
Mais Näo ne se contente pas d'exercer tel un copycat et possède un univers propre.
On se croirait parfois en plein rite initiatique ou en apesanteur survolant les tribulations d'un guerrier triste et résigné. Les envolées cristallines des claviers viennent ajouter un espoir contenu, renforçant le côté contrasté de cet album troublant par tant de maîtrise.
Rien n'est à jeter sur cette oeuvre même si on retiendra plus particulièrement le diptyque Ana Kata, Labial, Eau Douce, Artikelli ou encore Century's Knight (avec la voix de la mystérieuse Anouk). Rien de tout cela ne peut pourtant égaler l'ivresse que procure le magnifique Off-kikkoa. Tellement éberlué par ce disque, l'auditeur l'écoutera plusieurs fois à la suite pour se voir confirmée cette monumentale claque.
Comme nous l'avions déjà fait pour l'album d' X Makeena, nous vous proposons d'acquérir cet album de façon alternative, hors des sentiers commerciaux, sur une plate-forme de téléchargement indépendante (ici).

Proposant ce qu'on attendait plus de la part de Doctor Flake, Näo déploie des ailes dorées sur ce sublime premier album à la hauteur de ses références. Ce Bisontin offre une odyssée électronique comme on  en rêvait. Merci et à bientôt pour de nouvelles chimères...
                                 
                                   
par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires