Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 10:52

Sortie : 5 octobre 2009

Label : n5MD

Genre : Electronica

Note : 6,5/10

 

Activité manuelle : prenez une feuille de calque, dessinez-y des lunettes, découpez le tout. Maintenant, mettez ces lunettes sur votre nez. Voilà, vous allez pouvoir commencer à écouter l’album d’Aerosol dans des conditions optimales. Vous pénétrez dans un monde où le brouillard matinal a décidé de prendre racine et étrangement, on s’y sent bien.

Aerosol fait partie de cette école nord-européenne qui a compris que la musique devait avant tout s’adresser à la zone émotive de notre cerveau. L’excellent label n5MD étant fin connaisseur en la matière, il a donc signé notre poulain. Il faut dire que n5MD protège les travaux de Loess ou Proem, dont les talents ont déjà été repèré chez votre crémière (ici et ici). Aerosol, de son petit nom Rasmus Ramsmussen, est un musicien accompli qui a grillé ses premières guitares avec le groupe de post-rock Limp avant de se tourner rapidement vers l’électronica.


Airborne, son deuxième album studio, est d’une finesse exquise. La musique d’Aerosol est volontairement épurée pour laisser libre court à la contemplation. En somme, il balise lentement un large chemin afin que chacun puisse y vagabonder selon son rythme et ses idées. Chaque morceau est une pièce que l’on peut isoler avec plaisir afin de mieux s’y perdre. On y retrouve en cela l’esprit d’Helios.

L’inaugural Midnight Ride Down the Mental Freeway vous fera naviguer passivement sur les flots post-rock de Sigur Ros pendant que la douce electronica de l’éponyme Airborne vous bercera. Votre cerveau sera reposé par le planant Infinite Expanse dont l’absence de beat lui confère un pouvoir anesthésiant. Aerosol s’amuse le plus souvent à séquencer sa guitare, à rajouter quelques nappes ambient et à soupoudrer le tout par une IDM discrète. Il faut bien avouer que la musique du Danois est propice aux vapeurs éthérées. Certes, ça ne confine pas au génie mais quand une musique est autant évocatrice d’images, difficile de faire la fine bouche.


Airborne est un album mélancolique qui risque fort de vous faire voyager dans des contrées nostalgiques. Chacun saura y puiser sa part d’errance. Même s’il ne signe pas ici un chef d’œuvre, il serait de bon ton de garder un œil sur les futures productions d’Aerosol.

http://static.boomkat.com/images/253458/333.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

jay 18/10/2009 12:55


très bon album.
Merci de la chronique (une fois de plus ;)