Présentation

  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...

Radio

Retrouvez des extraits des disques chroniqués :

 

 

Recherche

Catégories

Archives

Samedi 3 octobre 6 03 /10 /Oct 16:52
Sortie : septembre 2009
Label : Jarring Effects


Si la grande époque du dub électro français semble derrière nous, le label Jarring Effects et ses talentueuses troupes continuent d'essaimer les bacs d'albums plus ou moins innovants. Dernier en date, un concert de piliers de cette scène, à savoir le duo Brain Damage. Deux ans après Short Cuts, les Stéphanois proposent une version enregistrée en mai dernier dans leur ville d'origine, au fil, la scène des musiques actuelles locale.
Pour retranscrire cette soirée, le groupe a choisi de conserver un son fidèle à celui entendu par les spectateurs ce soir là. Il n'est donc pas trop lêché comme cela arrive avec certains lives et permet donc de bien s'imprégner de l'ambiance. Ce choix est important car la musique de Brain Damage est très progressive, très mentale. Certains titres sont formellement dub, voire avec voix comme sur Genetic Weapon, d'autres se détachent du genre ou sont
parfois nettement plus expérimentaux. Le ton paisible et l'ambiance planante vient faire le lien entre ces différents passages.
Les titres strictement dub ne sont pas les plus intéressants. Ils sont sans doute agréables en concert, mais un peu poussif sur disque lorsqu'on est pas en contact direct avec le groupe, les lumières et les autres spectateurs. Children Of Palakkad, malgré ses ponts pop à la guitare, semble ainsi un peu ronflant. Même si quelques sonorités intéressantes viennent parfois se glisser au milieu du lourd skank, l'ennui pointe.
En revanche, quand Brain Damage s'aventure au delà des frontières du dub, avec cette flute et ces voix en arabes sur Fenêtres par exemple, l'attention se fait davantage soutenue. Tout n'est pas forcément heureux, mais leur musique est déjà plus captivante. Sur Sterile (part 2), l'obscure voix parlée prend plus d'importance, portée par un beat soutenu dans un univers mystérieux. Le milieu du concert est la partie la plus originale, la plus mystique et selon moi la meilleure. Le rappel et ce Cube Dub revient à un dub plus classique qui me fait à nouveau décrocher.

C'est en se détachant du dub qu'Ez3kiel s'est affirmé dans son propre style. Souhaitons la même chose pour l'album de Brain Damage à venir début 2010.


par Tahiti Raph
Publié dans : disque - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés