Présentation

  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...

Radio

Retrouvez des extraits des disques chroniqués :

 

 

Recherche

Catégories

Dimanche 27 septembre 2009 7 27 /09 /Sep /2009 12:20
Sortie : 12 octobre 2009
Label : Infiné

La rencontre entre Rami Khalifé - pianiste libanais très inspiré par Bartok -, Francesco Tristano - pianiste classique et jazz confirmé - et Aymercic Westrich - batteur ayant collaboré avec Cassius et des artistes plus ou moins intéressants - donne le trio Aufgang.
Cette formation prometteuse avait déjà livré un EP un peu plus tôt cette année, Sonar, qui laissait augurer du meilleur. Le label Infiné, propriété d'Agoria, a le nez fin en sortant leur premier album éponyme. On devait déjà à ce jeune label le premier et très intéressant album de Rone, paru en mars dernier (chroniqué ici).

Le face à face entre les deux pianos a quelque chose de littéralement détonant. Si on ajoute à cela le drumset de Westrich, agissant comme un métronome éclairé, on obtient quelque chose d'inédit en territoires électroniques. Westrich ne se contente pas d'être batteur, c'est à lui qu'on doit l'incursion des machines dans cette musique alternative et rafraîchissante.
Des notes de synthés aériennes ouvrent le ballet du dialogue entre les deux pianos sur l'épique Channel 7 et sur l'enlevé et progressif Channel 8. L'utilisation de l'électronique et des machines sur ces deux pièces est assez restreinte, ce qui n'empêche pas le résultat d'être tout bonnement impressionnant. Barock donne de la place à l'électricité et aux machines qui régulent la divine mélodie du virtuose Khalifé. Sonar, premier morceau très électronique, avec ses over-dubs en contre-plongée, affiche un gros travail de variation et de production mais finit par se montrer trop rébarbatif. Dommage. L'idée était plus que bonne.
Le joli et très classique Prélude du Passé ouvre la voie à des titres beaucoup plus électroniques, l'aérien et virevoltant Good Generation ou encore le brouillé et électrisant 3 Vitesses, dont certaines séquences n'auraient pas été reniées par certains de chez Warp. Aufgang, titre très house et très progressif, tend à se positionner comme le point d'orgue de l'opus. Les interventions pianistiques des deux compères y sont plus abstraites, au service des cuts et des kicks incisifs de Westrich. Soumission, pièce contemporaine et plus expérimentale que la majeure partie du disque, vient clore ce premier album ô combien varié et multicarte.

Que ce soit lors d'orchestrations classiques ou de jam sessions qu'on pourrait croire improvisées, la musique du trio est toujours d'une grande qualité créative. Certains morceaux font d'ailleurs figure de modèle pop électronique et symphonique. Quels que soient les recoins sondés, Aufgang semble maîtriser son sujet et mérite amplement de créer bien plus qu'un buzz. Déconcertant pour certains, génial pour d'autres, cet album aura besoin de plusieurs écoutes pour être digéré et apprécié à sa juste valeur.

                                  
par Ed Loxapac
Publié dans : disque - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés