Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 17:04

Sortie : août 2009
Label : Cadenza

Genre : Techno, expérimental

Note : 3,5/10

Alexkid n'est pas un nouveau venu dans le paysage electronique français. Le mec a déjà un lourd passif de DJ house depuis la fin des 90's. Vite chaperonné par Laurent Garnier et son label F-Com, Alexkid s'est frayé son chemin petit à petit. Après trois albums à son actif, Bienvenida (2001), Mint (2003) et Caracol (2006), il revient sur Cadenza avec Dub And Echo Tales (F-Com étant malheureusement en hibernation depuis quelques temps). Etant donné le goût prononcé d'Alexkid pour les recherches sonores et les ambiances house minimalistes, on ne s'étonnera pas de sa signature sur le label de Luciano.

Inutile de tergiverser plus longtemps, Dub And Echo Tales ne présente absolument aucun intérêt pour une écoute domestique, ni d'ailleurs pour une écoute en club. Tout commence plutôt bien avec El Cinco, dub binaire qui pousse à une danse lassive. Avec Mocco, on nage en terrain balisé malgré le minimalisme extrème. Jusque là, malgré le manque d'âme, on veut y croire encore un peu.
La suite va se révéler des plus troublantes. Les sept pistes suivantes vont se contenter d'aligner des recherches sonores. En effet, initialement, ce LP est une sorte de suite au No Model No Tool proposé par Luciano en 2007. C'est à dire, un ensemble de courtes pistes proposant des séquences pour DJ. Sur le principe, pourquoi pas, mais il faut bien avouer que ce que nous donne en pâture Alexkid est complètement anachronique. On a l'impression qu'il découvre les machines retro-futuristes utilisées par Pierre Henry ou Pierre Schaeffer dans les années 1950 et qu'il s'amuse avec le bouton "fréquence". Il en résulte des sortes de variations sinusoïdales fatigantes (Instrulento), des bruits d'avions de chasse modulés laissant de marbre (Fosforo) et j'en passe. C'était intéressant en 1958 mais c'est tout. Même si le but est de fournir du matos aux DJ, force est de constater que c'est très faible.

Avec cet album étrangement daté, Alexkid va en dérouter plus d'un. Difficile de comprendre où veut en venir le bonhomme tant on a l'impression qu'il est totalement passé à coté.


par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Chroniques électroniques 24/09/2009 00:33


L'extrait proposé dans la rédio est extrêmement pénible...

Tahiti Raph


Chroniques électroniques 24/09/2009 11:43


Ecoutable seulement pour saisir les variations.
De toute façon, je ne comptais pas le laisser longtemps.

B2B