Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:22

Sortie : 19 octobre 2009
Label : Warp

Natif de Glasgow, Ross Birchard, plus connu sous le pseudonyme de Hudson Mohawke, est un producteur et un beatmaker assez atypique. Il promène sa démarche un rien nonchalante sur les scènes du Royaume-Uni depuis un peu plus de deux ans. Des tracks lâchés sur des petits labels et son single No More Blood paru chez Ninja Tune lui ont ouvert les portes du label Warp.
Comme son compatriote Rustie, il est un des derniers rejetons de la mythique écurie de Sheffield.
Son récent EP, Polyfolk Dance, ainsi que ses passages à Paris lors des soirées Warp 20 et Warp/Ed (chroniquée ici) l'ont fait connaître un peu plus au public français.

L'artwork frappe immédiatement de manière très déconcertante. Cette pochette aurait en effet tout autant sa place sur un T-shirt de fan de Johnny Halliday.
Hudson Mohawke affiche ostensiblement un style hip-hop "emo" et bariolé. Il flirte même parfois dangereusement avec des sonorités qui rappellent un peu l'émergence des fluokids.
L'Ecossais a probablement scotché devant l'univers hip-hop/R&B sur MTV en rêvant d'y insuffler des motifs et des textures nouvelles.
Il se sert très bien de ses platines et de ses machines mais voilà... des superpositions sonores excessives et un style trop atypique rendent parfois cet album assez indigeste.
Son Butter est trop gras, trop calorique, trop oblique, mais demeure néanmoins très attachant.
On y trouve de bonnes choses, comme Joy Fantastic (avec Olivier Daysoul) avec ce son très "booty shake" qui rappelle les heures les plus salaces de Detroit Grand Pubahs.
Acoustic Lady, Velvet Peel, Fuse ou encore Star Crackout sont eux aussi très réussis. Tout cela aura quand même du mal à faire oublier le comble de l'horreur aperçu sur le R&B robotique de Tell Me You Want From Me.

Cet album nous paraît donc bien inégal. Hudson Mohawke a peut-être besoin d'acquérir un peu plus de maturité pour affiner son style et trouver un public fidèle. C'est en tous cas tout le bien qu'on souhaite à cet artiste si humble et si sympathique.
                                

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires