Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 21:01
Sortie : septembre 2009
Label : High Water


DJ et producteur de nombreux groupes ou artistes aussi connus qu'Eminem ou bien moins populaires, DJ Spinna sort son premier album rap depuis dix ans. Sonic Smash contient 12 titres de bonne facture pour lesquels il a convié de nombreux artistes venus de l'underground américain. Rien d'extravagant dans les instrumentaux, mais un savoir faire à l'ancienne appréciable. Il utilise presque à chaque fois la recette "un beat, un sample" qui fonctionne plutôt bien même si cela manque parfois de relief.
Sur Lyrics is Back avec Torae ou sur Lights Out sur lequel pose John Robinson, la mélodie et le flow du MC suffisent à composer un ensemble réussi. Mais sur New York (avec Jigmastas) ou sur Guaranted (avec Phonte de Little Borther et Yazarah), les minutes semblent un peu longues.
Autre signe d'oldschoolerie, des refrains minimalistes, peu chantés (à quelques rares exceptions dont le regrettable Guaranted), qui s'inscrivent complètement dans la ligne du morceau.
Le DJ de Brooklyn ne s'embarasse donc pas de fioriture et va à l'essentiel. Il peut tout de même agrémenter les titres de scratchs comme sur l'intro de Get On Down sur lequel on retrouve les flows dynamiques de Fresh Daily, P.Casso et Homeboy Sandman. Si les noms de ses invités ne vous disent rien, c'est normal, car mis à part Elzhi de Slum Village (impeccable d'ailleurs sur More Colors), ils sont quasiment tous inconnus. Cela ne doit toutefois pas vous inquiéter, car DJ Spinna ne se serait pas permis de choisir des seconds couteaux... le niveau est donc bien présent. Même le titre R'n'B final avec la chanteuse Tiye Phoenix n'est pas désagréable...

Un disque de rap underground solide auquel il manque tout de même quelques grains de folie.

                                   
                                            

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires