Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 15:32
Sortie : 10 septembre 2009
Label : Hymen Records

L'homme qui se présente aujourd'hui en tant que Millipede n'est autre que Don Hill, autrefois nommé Porteur de l'Image. On lui doit l'excellent album Through A Glass Darkly, paru en 2003 sur le label Epiphany. Don Hill s'est depuis ouvert à de nouvelles machines et à de nouveaux logiciels pour diffuser un son qu'il décrit lui même comme "une expérience contemplative".
All My Best Intentions est donc son premier album, sorti récemment sur le label référence Hymen Records.

Entre dark ambient, industriel et IDM, cet album est un exemple en matière de conception minutieuse. Le mille-pattes livre ici un opus introspectif d'une rare qualité.
On ne compte plus les amas de sonorités métalliques, les beats taillés dans le pneumatique, les nappes pénétrantes et les rythmes "marteaupiqués" à la gueule de l'auditeur.
Chaque titre jouit de cette synchronisation claire de tous les différents maillons de la chaîne.
Parfois, des riffs de guitare acoustique retaillés, un fender rhodes ou une basse électrique rocailleuse viennent rendre l'ambience tantôt plus angoissante ou tantôt plus mélancolique.
Quand on n'est pas littéralement embarqué par les rythmes tortueux de Gentle Devils ou de l'exceptionnel Diplopoda Crawl, on cède à la contemplation inquiète sur Coming Storms, Wonder & Spirals ou Snow Crystals. Pas de mots pour décrire le sublime et terrifiant Deepest Peace. La divine version remixée de fermeture, invite elle, Aphex Twin à bien se tenir.

Don Hill a su s'entourer de pointures tels que Josh Pyle (Aphorism), Jan Carleklev (Sanctum) ou Angel Draganov (Polygon Ring) pour livrer cet album extrêmement abouti.
Même si elles pourraient être confondues avec de noirs desseins, on reprendrait bien une bonne tranche de ses "meilleurs intentions".
                                 
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

daYmo 14/09/2009 16:39

Mmmmm du bon indus comme j'aime en ce moment.
pas trop fan de certaines nappes de synthé mais la rythmik est superbes ! On voit presque quelqu'un taper sur des tonneaux en feu (Un peu à la "Laibach" dans leurs premiers albums).
Les autres nappes, glaciales, profondes, comme si l'on se trouvait dans un tunnel sans fin ... sont réussies.
De belles matières sonores intelligemment exploitées dans cet album.
Merci !