Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 14:34

Sortie : 1er août 2009
Label : Kitchen

Nous avions déjà parlé de Shunichiro Fujimoto à l'occasion d'une autre sortie de cette année : le chef d'oeuvre électronica For Another Day (ici), sous son autre alias Fraet.
Son projet en tant que Fjordne est beaucoup plus axé sur le sampling, l'ambient et les compositions classiques modernes. C'est avec cet avatar que le Japonais se montre le plus prolifique. On retiendra surtout son premier opus paru en 2007 chez U-Cover : Unmoving.
The Setting Sun est sa quatrième oeuvre en long format, fraîchement sortie par le label Kitchen, basé à Singapour.

A l'image de sa pochette, cet album est extrêmement feutré. Doté d'un indiscutable romantisme, il provoque un spleen digne des plus longues soirées d'hiver.
L'électronique et l'informatique sont ici soigneusement utilisés, avec un gros travail sur la réverbération, le séquençage et l'échantillonnage. L'utilisation du glitch est aussi très intelligente et ne souffre d'aucun excès.
Telle une coversation ô combien poétique entre les pianos et les cordes, Fjordne nous embarque dans ses scénettes illustrant le sentiment amoureux et la mélancolie qui souvent l'accompagne.
Belle sans être déprimante, sa musique contemplative pourrait raviver des émotions enfouies aux plus glaciaux des coeurs de pierre.
Des captures environnementales, des craquements de vinyle et d'étranges instruments viennent à peine bouleverser cette ambiance de chambre avec vue.
Les inconditionnels d'Helios et de son projet Goldmund devraient y trouver plus que leur compte, tout comme les amateurs d'électro-acoustique sensible.

Tout comme pour le cinéma nippon, les acteurs musicaux venant de l'Empire du soleil levant souffrent d'une bien trop grande confidentialité au regard de leur talent. Shunichiro Fujimoto est un de ceux-là. Tentons de croire que l'avant-gardisme et la classe de The Setting Sun lui apportent la diffusion qu'il mérite.
                                       

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires